Ma semaine en bref -5-

C’est le retour des semaines de la lose ! Ca faisait longtemps, n’est-ce pas ?

OK, ça faisait surtout longtemps que j’étais trop désespérée pour en rire mais la perspective de beaucoup d’alcool gratuit ce soir m’a mise en jambes pour relativiser (de l’intérêt d’être dans la restauration) (et de faire les payes, surtout, ne nous voilons pas la face)

Bref, lundi : la semaine et la journée commencent avec mon patron qui passe au-dessus de mon pot à stylo pour emprunter celui que j’ai dans les mains …

Warner Archive classic film well film noir the big sleep

Notez que je ne cherche plus à comprendre et que je ne hausse même plus les sourcils, j’approche la trentaine alors je ne rigole plus avec les expressions faciales susceptibles de me rider prématurément – et croyez-moi, avec mon entourage professionnel le risque est réel.

La journée continue avec un appel de ma copine Josy de la compta qui me pose une question, dont la réponse est dans sa boîte mail depuis le 3 janvier précisément. Mais bon.

Mardi
Je demande à la stagiaire (qui se tourne les pouces) de remplir les formulaires de notes de frais ; je lui montre comment on fait, où sont rangées les trames vierges sur  l’ordinateur quand elle me demande :

– Mais le logiciel que tu utilises pour faire les notes de frais, il est sur ton ordinateur ?
– Bah euuuuh ouiiiii …
– Ah mais du coup je peux pas les faire sur mon ordinateur, j’ai pas ce logiciel.
– Beeeen c’est Excel donc normalement tous les ordis sont équipéééééés …
– Ah c’est Excel ? Ah parce que je ne le maîtrise pas du tout, je l’ai même pas reconnu quand tu l’as ouvert pour me montrer.

omg dead ewan mcgregor renee zellweger dying

Lire la suite

-354-

Pfiou je me suis encore faite rare par ici, mais vous comprenez j’occupe un emploi pas fictif donc forcément, c’est plus compliqué d’écrire des articles qui ne me rapportent rien, alors même que je suis diplômée en littérature (j’ai un bac L) (mention assez bien) (de quoi négocier une substantielle augmentation).

yvngswag money cash make it rain yvng swag

Bref en parlant de boulot, mon patron est hélas au top de sa forme en ce moment – et malheureusement aussi au top de son stress (ne me demandez pas pourquoi parce que je n’en sais rien, j’imagine qu’il hésite sur la couleur des appuie-tête de sa prochaine voiture).

De base, mon patron c’est le type qui me demande trois fois par mois à quoi correspond le prélèvement « de la dernière fois », qui correspond soit :
– à la mensualité de ses impôts
– ou à une échéance de son crédit
– ou à une dépense d’ordre privé, dont je ne sais a priori rien du tout.

Bien sûr, quand il s’agit de ses impôts il me répond systématiquement « Attends mais je paye TOUT CA ? » (oui) (apparemment pour lui les impôts c’est un Kinder Surprise mensuel) (sans déconner, il devient communiste à chaque fois qu’il paye ses impôts – mais je vous rassure, le reste du temps il est bien capitaliste).

Lire la suite

Toc toc toc (ou pas)

Bon franchement je suis désolée mais là faut que ça sorte, J’EN PEUX PLUS DES LIVREURS.

Je sais pas ce qu’il se passe depuis deux semaines, mais on dirait qu’ils se sont tous ligués avec ma stagiaire pour me rendre dingue.

Jeeeee vous essplique.

Mon patron a été pris d’une fulgurance il y a deux ou trois semaines, et il a décidé de passer commande pour plein de trucs dont on a besoin dans les sociétés – un bureau, de nouveaux porte-rouleaux de PQ, de nouvelles housses de coussin … Bon bref, vous voyez le truc.

Parallèlement, moi aussi j’ai passé quelques commandes, qui sont pour l’instant toutes chez mon gardien que je n’arrive pas à choper pour les récupérer (je n’ose jamais sonner à la loge, parce que la seule fois où je l’ai fait quelqu’un est sorti me dire que le gardien était à un enterrement donc bon voilà).

Et donc depuis deux semaines, c’est le festival des livreurs.

Ca a commencé avec une collègue qui m’a appelée depuis une de nos sociétés (dans un autre arrondissement que celui où est situé mon bureau), pour me demander le digicode de l’immeuble :

Lire la suite

Le travail, c’est toujours pas vraiment vraiment la santé

Bon j’essaye de pas trop trop me laisser bouffer par le boulot mais franchement, c’est pas évident (la semaine dernière j’ai battu mon propre record en partant à plus de 21 heures), et j’ai un peu peur d’oublier toutes ces merveilleuses anecdotes qui pimentent ma vie professionnelle. (Je ne suis définitivement pas ce genre de nana qui se lève une heure plus tôt pour bloguer ou pour faire du yoga ou je sais pas quoi, déjà de préparer mon Tupperware du midi la veille au soir, c’est une immense victoire organisationnelle, alors bon) (j’évite de le préparer le matin depuis que je suis partie en laissant les plaques allumées, et comme mes heures supp ne me sont pas payées, ça ne couvre même pas l’électricité consommée en plus) (capitalisme de merde).

BREF donc mon boulot.

Ah non attendez d’abord faut que je vous raconte, on m’a conseillé de regarder La graine et le mulet parce qu’il paraît que je fais penser à l’une des actrices secondaires, donc j’ai regardé vite fait et WTF à la fin un des acteurs se barre avec le couscous de sa mère, moi franchement faut m’expliquer les films français.

mr-bean-wtf

Donc, mon boulot.

(Cette fois-ci c’est promis, on parle boutique)

Lire la suite

Le travail, c’est la santé

Bon bon bon bon bon, j’ai encore disparu du WorldWideWeb pendant plusieurs semaines mais là ça y est, c’est bon, je reviens comme une fleur.

coquelicots

Faut dire qu’il s’est passé plein de trucs depuis mon dernier billet, dont le début de mon nouveau boulot (bouhouhou adieu le chômage, c’était tellement chouette de larver en culotte sur le canap’ sans se poser de questions et de ne se nourrir que de tartines de pâté). Ca n’a pas trop mal démarré, malgré quelques crises d’angoisse quand j’ai découvert que la nana dont je prenais la succession commençait à envisager de répondre aux mails urgents au bout de dix jours, ou encore quand elle a soulevé une pile de courrier et qu’on a découvert un bout de sandwich rassis juste en-dessous.

titanic-suicide

Lire la suite