Au clair de la lune

Bon.

Ca y est.

C’est fait.

J’ai 28 ans, je suis au dernier virage avant la dernière ligne droite qui mène à la trentaine, je suis au taquet, je vais tout déchirer, ouais ouais ouais !

Bref tout ça pour dire : nouvelle année, nouvelle paire de chaussures, non ?

Si.

Donc j’étais là, ma petite carte bancaire à la main, pleine de doutes et d’interrogations quant au futur de toutes les piles de boîtes de chaussures chez nous : qu’est-ce qui allait venir les augmenter un peu, et continuer de froisser mes robes trop longues par rapport à la hauteur des piles entreposées dans le placard ?

(Ou alors c’est la faute des piles trop hautes)

(Je porte des robes au-dessus du genou, peut-être que je ne devrais porter que des shorts et des minijupes ? Ca me laisserait quelques paires supplémentaires de marge)

Bref.

Finalement, je me suis dit que stop les conneries de post-étudiante-attardée, je vais me faire un joli cadeau de premier anniversaire de femme indépendante qui vient d’être augmentée (je vous ai dit que j’avais négocié une augmentation ? J’ai négocié une augmentation), quelque chose qui me fait envie depuis DES ANNEES : une paire de chaussures (évidemment) qui m’avait fait dire la première fois « holala non jamais je n’oserai les porter » (j’ai un gros, gros problème avec ça. Autant des fois, j’en ai rien à faire de ce qu’on peut penser de moi et du regard des gens, autant des fois je suis recroquevillée dans ma timidité, c’est RELOU), paire que j’avais traquées-mises-dans-une-wishlist depuis six ou huit mois.

Tadaaaaa !

J’avais un peu peur du blanc verni – on a tous vu des photos d’Abba d’un peu trop près -, mais franchement, en vrai : rien à dire. Et alors en plus, le cuir est d’une souplesse, mamma mia !

(Mammia mia, Abba)

(Padoum padoum tssssssss)

Grédéric les a bien aimées, une de mes collègues a fait une grimace et a dit « Ha non je les trouve moches, beaucoup trop originales pour moi » – vu son style et le mien, c’est une validation haut la main (je ne porterais pas environ 100% de ce qu’elle met, donc bon), et après elle a écarquillé les yeux d’horreur en s’apercevant que a) c’est un achat sur Internet parce que « Han naaaaaaan, c’est tellement mieux d’aller en boutiiiiiiiique » (dit la meuf qui dévalise Asos tous les quinze jours), et que b) « Han naaaaaan, mais j’achète pas de chaussures d’occasion, moi, c’est trop horrrrriiiiiiiiiiiible » (du coup je passe pour une grosse crado, mais bon).

Bref, donc oui des chaussures d’occasion – bien obligée, puisqu’elles sont issues de la collection Printemps 2008 (« Han nan mais moi je les achèterais pas quand même attends tu sais pas qui les a mises avant et c’qu’ils avaient aux pieds »), donc je disais elles sont de la collection pap Printemps 2008 – je ne porterais pas franchement ces tenues pour aller au bureau, mais je les trouve délicieuses :

(Encore que, la robe du milieu, il y aurait moyen de moyenner)

Bref, il ne me reste plus qu’à me faire inviter à une soirée déguisée où je viendrai en Pierrot.

(On m’invite rarement à des soirées et encore moins déguisées)

(Mais ça va)

(Je gère)

(Les chaussures c’est toujours le plus compliqué à trouver, de toutes façons)

Publicités

9 réflexions sur “Au clair de la lune

  1. « Gimme gimme gimme shoes after midnight, Won’t une paire help me chase the shadows away ; Gimme gimme gimme shoes after midnight, Take me through the darkness to the break of the day »
    (oui je suis fière de moi!!)
    Et surtout : bon anniversaire! 😉

    J'aime

    • Holala j’adore, J’ADOOOOOORE cette version ! ❤ J'ai honte de ne même pas y avoir pensé (visiblement, les ravages de l'âge ont commencé)
      Et merci 😀

      J'aime

  2. J’ai encoure loupé la date de ton anniversaire, et pourtant je l’ai notée… Mais avec ma mémoire de poisson rouge amnésique… Voilà, quoi.
    Eh bien happy beursse-dé et pis bravo pour cette acquisition qui à défaut de faire l’unanimité semble te combler de joie. Et c’est bien là l’essentiel !

    J'aime

    • C’est déjà adorable d’y penser 😀 En plus, avec les 24 novembre que j’ai du oublier, je pourrais difficilement me plaindre, humhumhum.
      Comme toujours, tes paroles sont pleines de sagesse !

      J'aime

  3. Pingback: [Dans le rétro] Mai | The sauce of my spaghetti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s