La semaine de la lose, la suite

Bon.

Si vous vous rappelez bien, la dernière fois on s’est quittés le jeudi après-midi sur la promesse de beaucoup d’alcool gratuit le soir ; en vrai, avec mes collègues on avait dit « juste un verre je dois faire la vaisselle et ma valise » (moi), « je dois remplir mes frigos » (Sarah), « je suis fatiguée je veux dormir » (Annabelle), mais je sais pas j’ai du avoir un pressentiment, et au fond de moi je pense que je savais que je ne serais pas « à la maison à 22 heures grand max ».

Je suis rentrée à minuit moins dix.

(Je devrais jouer au Loto, tiens, avec toutes mes intuitions)

(Oui on dit « on va prendre un verre » mais c’est juste une manière pudique de dire qu’on fait une thérapie de groupe)

En rentrant je me suis donc retrouvée face à une pile de vaisselle que j’ai partiellement expédiée, j’ai pris les deux premiers pulls qui me tombaient sous la main, j’ai fourré le tout dans un sac et hop au schlof (non sans avoir un peu tapé dans le fromage, ça creuse tous ces efforts physiques) (en théorie ça va vite mais quand on ne marche plus très droit ça rallonge drôlement les trajets, vous savez).

Bref vendredi matin j’ai réussi à me lever, je me suis préparée et je suis même partie un peu en avance en étant prête et tout – bon je n’ai pas retrouvé ma trousse de toilette, mais ça c’est un détail.

SAUF QUE.

Au bout de deux stations de métro, j’ai découvert avec effroi que j’avais oublié mon téléphone chez moi, du coup j’ai fait demi tour, sprinté jusqu’à la maison en me rappelant qu’au moment de partir j’avais eu l’impression d’oublier quelque chose, je me suis maudite parce que depuis le temps que je dis que je devrais me fier à mon instinct faut vraiment être conne pour s’obstiner à ne pas le faire, après j’ai pesté parce qu’en plus pas de téléphone = pas de podomètre = je fais des pas dans le vide qui ne seront même pas comptabilisés dans mes calories brûlées, je suis arrivée, je me suis précipitée dans la pièce à vivre, dans laquelle je n’ai pas trouvé mon téléphone.

Remarquez c’était normal, je me suis aperçue deux secondes après que pendant tout ce temps, il était dans la poche arrière de mon jean.

Voiiiiiilà voilà voilà voilààààààààà.

Applaudissements svp

House of Cards netflix clapping applause clap

(Merci)

Bref j’ai fini par arriver au boulot, complètement exsangue et dégoulinante et transpirante etc., et la journée s’est déroulée à peu près normalement, au point que j’ai même réussi à quitter le boulot suffisamment à l’heure pour avoir mon train – bref, une journée de travail presque idyllique si on considère que je n’ai fait que 30 minutes d’heures supp.

(Non payées)

(Sinon je serais riche, croyez-moi)

Puis bon le week-end s’est passé, je crois que je n’ai pas trop traumatisé tout le monde donc a priori ça vaaaaa, et on est rentrés dimanche soir pour trouver … la lumière du couloir allumée, lumière que j’avais visiblement oublié d’éteindre après avoir récupéré mon téléphone vendredi matin – manque de pot, l’interrupteur n’étant pas situé dans ma poche arrière de jean, je n’ai pas pu corriger le tir.

(Depuis, j’essaye de ne pas penser à la facture d’électricité)

Ca pourrait être la fin de l’histoire, mais comme Grédéric est vraiment l’homme parfait c’est lui qui s’est fadé la vaisselle que j’avais laissée (je crains), et entre nous je pense que j’ai bien fait : lundi soir j’ai fait des pâtes au roquefort (voilà comme ça vous savez tout de ma vie, zéro pudeur entre nous), et c’est après la première fourchette que Grédéric a découvert que ce qu’il croyait être une innovation culinaire de ma part, n’était qu’un peu de chocolat noir resté collé entre deux dents de la fourchette que j’avais nettoyée.

Voilà voilà.

(Oups)

(C’est pas moi c’était mon assistante)

Publicités

5 réflexions sur “La semaine de la lose, la suite

    • Alors je t’explique : c’est une version remixée de la nouvelle cuisine française, qui allie audacieusement salé et sucré en revisitant les plats simples et connus pour en offrir une version moderne et dynamique, sans perdre l’odeur de nos souvenirs.
      Voilà voilà.
      😀

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s