– 352 –

Throw glitter

Surprise, c’est moi !

J’ai bien du commencer une quinzaine de billets, tous abandonnés en cours de route ; au début j’ai pensé que c’était la fatigue, j’ai commencé une cure de fer pour péter la forme, et puis il a bien fallu que je me rende à l’évidence : l’inspiration n’est pas revenue et ça, en général, ça veut dire que je couve une crise existentielle.

(Oui, en plus d’avoir une santé de lavette, je suis une emmerdeuse finie)

(Malgré ça, Grédéric est persuadé d’avoir de la chance de m’avoir dans sa vie : syndrome de Stockholm, de toute évidence)

Dans ce genre de cas je suis une personne formidable à fréquenter s’il vous manque un peu de motivation pour boire de la Javel ou si vous avez envie d’aller faire des galipettes sous le métro (mais pas la 13 et la 4 svp c’est déjà assez la galère tous les jours), mais si vous êtes une personne normalement constituée, c’est juste insupportable (sauf pour Grédéric, cf mon diagnostic personnel ci-dessus).

Illustration :

– Alors c’est ça la vie d’adulte ? Tu bosses tu fais à manger et des lessives et tu vas te coucher ?
– …
– Franchement, à quoi ça sert ? Pourquoi on mange alors que de toutes façons dans trois heures on aura encore faim ? Pourquoi on se lave alors que de toute façons demain je vais puer de nouveau ? C’est pareil pour les cheveux, pourquoi je m’embête à les garder propres alors qu’ils vont de nouveau être gras ?
– Tu veux du chocolat ?
– Non merci je suis au régime. Non mais tu te rends compte quand même, du temps que tu perds dans ta vie ? On pourrait faire des choses tellement plus intéressantes, au lieu de quoi on prend bêtement une douche, on met des affaires dans la machine à laver, on prend le métro …
– Je vais te donner un peu de chocolat, d’accord ?
– Je t’ai dit non j’ai grossi. On pourrait faire tellement de choses tu comprends et non on est là à vivre et revivre la même petite vie en boucle, encore et encore …
– Vraiment pas de chocolat ? Des chamallows alors ?
– Tu vois, je me sens comme un hamster qui court encore et encore dans sa petite roue de la vie, condamné à courir pour toujours sans jamais pouvoir s’arrêter …
– …
– Non ? Tu n’as pas cette impression, toi ?
– Non non, tu ne voudrais pas faire un peu de shopping pour te remonter le moral ? Une nouvelle paire de chaussures ?
– Sert à rien, on ne m’enterrera pas avec, de toutes façons.
– …
– Finalement je veux bien une barre de chocolat silteplé. Mais du noir, hein, c’est moins calorique.

Voilà voilà voilàààààà.

En général ça continue avec une période (d’une durée variable) de déprime, une grosse crise au cours de laquelle je remets tout en question – genre je suis tellement nulle et incompétente je ferais mieux de démissionner, je vais partir faire du fromage de chèvre dans le Larzac et je ferais mieux de me séparer tout de suite de Grédéric avant qu’il ne me largue parce qu’il en a marre de moi parce que de toutes façons personne ne m’aime vraiment, d’ailleurs la preuve en 4e j’avais complètement chié l’exercice de maths que j’avais du faire au tableau, j’aurais mieux fait de m’arrêter là au lieu de continuer à exister, et après tout rentre dans l’ordre, parce que bon question shopping dans le Larzac c’est quand même pas tout à fait ça, et si je dois me faire larguer par mon cher et tendre, je compte bien lui extorquer un max de massage des mollets avant.

Là du coup c’est bon, je suis passée par toutes les étapes (y compris l’engueulade et la réconciliation avec monsieur), je recommence à croquer le McWrap la vie à pleines dents et à faire des projets d’avenir, comme par exemple demander à Papa Spaghetti de me rapporter mes chaussures préférées de Strasbourg, ou préparer enfin ce flan à la vanille dont je tiens la recette farouchement secrète (sauf si regardez au dos du paquet de préparation en poudre, bien sûr).

Sur ce ciao ciao, je retourne tricoter en matant des vidéos de Youtubeuses dont les dents rayent le parquet (pas le mien heureusement), hasta la vista baby !

celine-dion-au-revoir

Publicités

5 réflexions sur “– 352 –

  1. J’ose à peine imaginer ce que sera ta crise de la trentaine. Et quant à celle de la quarantaine… Non, on va encore attendre un peu pour évoquer le sujet 🙂
    Quoi qu’il en soit, bon retour dans le monde réel, celui où la dépression n’existe pas. Trump est président des United States of America ? Et alors ? On s’en tape. Un bon flan à la vanille ça aide à relativiser !

    J'aime

    • Oh moi non plus je ne préfère pas imaginer ! Ceci dit, j’ai supporté Grédéric pendant sa (longue) crise de la trentaine, il a intérêt à me renvoyer l’ascenseur, non mais oh.
      Et pour Trump, bon. Je pense que le plus urgent, c’est de lui faire comprendre qu’on ne peut décemment pas avoir l’air d’un babouin chafouin sur un portrait officiel.

      J'aime

  2. Oui, il faudra bien commencer par quelque chose.
    Ceci dit, s’il fait sa tête de babouin chafouin, ce sera un cliché historique. Rapport au fait que des babouins, y’en a plus des masses.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s