Anecdotes paternelles #1 : la guerre des nerfs (rien de moins)

À la demande générale d’Elanor, quelques anecdotes croustillantes (et pleines de mauvaise foi) sur Papa Spaghetti.

Hop hop hop, allons-y !

Il y a deux choses à savoir sur Papa Spaghetti :
a) là où il passe, les sucreries et douceurs trépassent (mais comme Papa S. est un tendre, il les mange très rapidement, sans mêmes qu’elles aient le temps de se rendre compte de quoi que ce soit – comme nous, d’ailleurs)
b) qu’est-ce qui rend un rocher ou un chocolat meilleur ? Venir le taxer à sa fille sans lui laisser le choix de refuser, bien sûr ! (Mais genre, vraiment. Il arrive, il voit, il se sert, il mange, sans se poser de questions ni se dire que tiens, peut-être qu’il pourrait me poser la question avant de tendre la main – ne parlons même pas d’attendre que je lui propose de se servir) (des fois, il vient toquer à ma porte pour me demander des sucreries, et si je n’ai rien il râle et il repart en faisant la tête) (voilà voilà voilàààààà)

Bref, la dernière fois j’avais acheté une barre de Suchard (voilà, vous savez tout), et donc forcément au fil des jours j’en ai mangé (incroyable, n’est-ce pas).

Fatalement, est arrivé le jour où il n’est resté qu’un rocher ; ni une ni deux, je l’ai mis dans le tiroir de ma table de nuit, et j’ai laissé l’emballage de la barre sur mon lit, à l’envers.

(Je suis sadique et j’assume)

Evidemment ça n’a pas loupé, quand Papa Spaghetti est venu me dire bonne nuit, il a vu l’emballage, il a fondu dessus (fondu, chocolat, hihihihihi) en faisant « Hhhhhaaaaaaan » et juste après :

– Ah mais … Y’en a plus ?
– Ben non.
– Tu les as tous mangés ?
– Bah oui.
– Ah mais pffff t’aurais pu m’en garder …
– Mais si t’en veux t’as le droit d’aller t’en acheter, personne t’en empêche !
– Oui mais c’est pas pareil mais ggnnnmmmmmmalleeeeeeeeez, t’en as vraiment plus du tout ?
– Bah euh … Non désolée …
– Ahrrmpfff t’as perdu 3kg mais ça va tu te rattrapes, hein !

(Avec tout le respect que je lui dois

Je l’emmerde)
.

Et le lendemain

J’ai eu un petit creux

Donc j’ai sorti le dernier Suchard de ma table de nuit

Et je l’ai dégusté

Lentement

Très lentement

En savourant chaque bouchée.

Et toc.

Cruella

À demain pour une nouvelle anecdote paternelle ! 😀

 

Publicités

11 réflexions sur “Anecdotes paternelles #1 : la guerre des nerfs (rien de moins)

  1. Pingback: Anecdotes paternelles #1 : la guerre des nerfs (rien de moins) | musnadjia423wordpress

    • Chaque Noël, j’offre une (grande) boîte d’escargots de Lanvin à mon père (il adore ça) ; d’habitude il est content, cette année il m’a fait un sourire pincé avant de me dire « Ah, c’est ma crise de foie annuelle » … Zeeeeeeeeeeen.

      J'aime

  2. Tu aurais même pu pousser le sadisme jusqu’à fabriquer un faux Suchard an remplissant un emballage vide de je ne sais quoi qui pourrait faire croire qu’il en reste bien un. Mais pas facile de créer l’illusion…
    Enfin bref. Ca devait être particulièrement jubilatoire pour toi 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s