La folle histoire des chaussures qui fuyaient leur légitime propriétaire

Le truc qu’il faut savoir, c’est que jusqu’à jeudi, je n’arrêtais pas de chouiner sur mon nombril que ouiiiii, c’est pas juuuuuuste, j’ai super envie de reprendre vraiment mon blog mais y’s’passe rien dans ma viiiiiiiiie, j’ai rien à raconteeeeeer, bouhouhou et tout et tout.

Haha.

Jeudi, donc, j’ai reçu un mail m’informant que mes futures magnifiques chaussures vertes avaient quitté la perfide Albion et avaient pénétré notre bonne terre de France, et me seraient livrées le lendemain. En général je n’ouvre pas ce genre de mail, vu que la livraison est toujours prévue à une heure super précise genre « entre 8h et 19h », mais là je ne sais pas ce qui m’ a pris, mais voilà je l’ai ouvert, et

j’ai découvert

que

Patsy argh

lesdites merveilles allaient être livrées à mon ancienne adresse parisienne.

RIP

Pourquoi ? POURQUOI ?

Sur le coup j’ai eu le souffle coupé et l’impression que tout s’effondrait autour de moi, puis je me suis dit que tout n’était pas perdu, parce que le colis ne rentrerait peut-être pas dans la boîte aux lettres ou le facteur serait un peu flemmard et déposerait juste un avis de passage et je n’aurais plus qu’à aller au bureau de poste supplier qu’on me réexpédie le colis à Strasbourg moyennant un ou deux reins.

Bébé argent

Mais bien sûr, le colis a été livré bien proprement et je n’ose même pas contacter mon ancienne proprio vu qu’on n’est pas restées en très bons termes – apparemment, elle s’est un peu vexée de ce que je pensais de son chauffe-eau et des canalisations du studio où je vivais (sans compter le plombier du dimanche qu’elle m’a envoyé, et qui voulait me faire me laver les cheveux dans une bassine et ne voyait pas le problème dans le fait de ne pas pouvoir utiliser l’évier ni la douche ni le lavabo de la salle de bains pendant minimum quatre jours).

Haha not funny

Bref, d’innocentes chaussures sont victimes d’un presque litige ex proprio-ex locataire (sauf si elles ne vont pas au/à la nouveau/nouvelle locataire de l’appart ni à la proprio et qu’elle se décide donc à me contacter). #JeSuisChaussures

5cdd1da7f2dc55afaacfcad6d759a538(Oui, je sévis pas mal sur Ebay UK)

Et moi ?

Moi …

Ursula wasted away

Mais c’est phini, fertig, kaputt … Elles sss’apparthiennent à une authreu’, et che me lankis sur phond t’automneuh triste … On tit ça ?

***

Aha, vous pensiez que c’était terminé ? Que nenni, très chers, que nenni !

Figurez-vous que vendredi midi, alors que j’ouvrais mon casier au lycée pour y déposer mes affaires avant d’aller me … hum … délecter des délicieux repas servis au RU, de battre mon coeur s’est arrêté en constatant que mes chaussures de secours (oui, j’ai plein de trucs de secours dans mon casier, dont des chaussures et un plan comptable) s’étaient tout bonnement volatilisées, alors que la veille encore leurs talons dépassaient malicieusement du sac qui sert à les ranger et que la seule autre personne à avoir mon code de casier est Chonchon, dont j’ai du mal à imaginer le bon 43/44 dans des escarpins pointure 39.

Merida mais pourquoi ?

Après une après-midi à alternativement vouer aux gémonies la personne qui avait perpétré ce crime contre mon humanité (au moins) et me répéter que ce n’est pas vraiment de cette manière que je comptais réduire le nombre de mes chaussures en 2015, mais bon dans la vie on ne choisit pas toujours tout, les disparues sont « mystérieusement réapparues » parmi les objets trouvés à la vie scolaire.

Hiiiiiiiiiinhiiiiiiiiiiiiiiiiin.

irritated

Bon bref, puisque le destin s’est si gentiment occupé de résoudre mon problème d’escarpins volatilisés, j’ai décidé de m’en remettre à lui pour débrouiller l’histoire des chaussures vertes. (Et aussi me trouver deux super tenues pour le mariage de N. sans y laisser les organes qui me resteront après l’éventuelle réexpédition de mon colis) (et puis un stage dans un palace. Cher destin, je tiens mon CV à ta disposition)

Publicités

16 réflexions sur “La folle histoire des chaussures qui fuyaient leur légitime propriétaire

  1. Le jour où je parviens à ce stade, je te préviens.
    Note que je ne sais pas ce qui aurai été le plus ubuesque : une livraison à ton ancienne adresse parisienne ou ta future adresse bruxelloise? :p

    J'aime

    • J’avoue, je suis peut-être légèrement atteinte 😛
      Je n’ai pas encore d’adresse à Bruxelles (enfin, je ne l’ai pas cherchée), je pense que je vais me contenter du shopping sur place et ne rien me faire livrer, du coup 😀

      J'aime

  2. Quelle histoire…Je veux pas remuer le couteau dans la plaie, mais ces chaussures vertes sont super jolies: de quelle marque sont elles?

    J'aime

    • Super, merci beaucoup 🙂 Je ne connais pas que de nom mais j’adore la couleur!
      Qui sait, peut être par quelque miracle, trouveras tu moyen de les récupérer! (une connaissance sur Paris qui peut être pourrait rendre visite au/a la nouvel(le) locataire?…)

      J'aime

  3. Pingback: 2015 en chaussures | The sauce of my spaghetti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s