Les six commandements de la blogueuse

Oui.

Quand on tient un blog, il existe des règles qu’on est tenue de respecter, nondidjû.

1. Utiliser un langage châtié.
Oups.

2. Bloguer non par appât du gain, mais par amour du partage.
Vu ? Un blog c’est de l’amûr, du don de soi, du partage, c’est un acte humaniste envers son lectorat. Tout ce qui peut arriver de chouette (une sponso Toyota sur un blog beauté, des fringues offertes par Miss Coquines à une blogueuse qui ne s’habille que chez Maje et Sandro) c’est juste du bonheur en plus à partager avec ses lectrices. Un blog, c’est de l’amour. A-MOU-REUH.

Miss Fine

OK ? Bon. Passons à la suite.

3. Répondre à tous les commentaires. Tous, tout le temps. Et visiter les blogs des gens qui laissent des commentaires.
Même si ça emmerde profondément la blogueuse, rapport à l’amour, au partage, et au don de soi. Et oui, on clique sur les liens, surtout quand c’est la blogueuse auteur de ce (type de) billet qui vous laisse un commentaire (parce que les autres, on s’en tape) (l’amour du partage a ses limites, ho, faudrait pas non plus que ladite blogueuse en pâtisse).

4. Être présente sur les réseaux sociaux (tous), être connectée (pour ne pas risquer de perdre des lecteurs potentiels).
Attendez, ho, l’amour et le désintéressement n’ont jamais empêché de faire sa pub, si ? On peut tûtafé écrire par amûûûûr du verbe et du mot et inonder le WWW de liens vers son blog, holala les gens, mettez-vous à jour, quoi. D’ailleurs, dans « écrire pour partager » il y a « partager », et franchement comment voulez-vous partager votre amûr sans faire votre pub ? Voilà.

5. Don’t feed the troll (d’autres s’en chargeront pour vous).
Parce que si vous êtes une bonne blogueuse, vous aurez toujours une cohorte de fans pour vous défendre : inutile donc de vous salir les mains, soyez une princesse contemplant la bataille du haut de sa tour d’ivoire d’amour de l’écriture et du partage. (N’oubliez quand même pas de bannir les auteurs de commentaires désagréables et d’y faire délicatement allusion dans les billets suivants, si vous ne ravivez pas vos blessures, personne ne le fera pour vous.)

Jules feed-meNON.

Malena cigaretteOUI !

6. Recherchez toujours le consensus
Louez toujours le blog de quelqu’un qui apprécie le vôtre, même si ce n’est pas vrai. Normalement l’autre blogueuse ne devrait pas s’en rendre compte, ça ne coûte rien et ça lustre votre image. (Le top du top : le répéter à intervalles réguliers, si possible avec beaucoup de points d’exclamation. Evidemment, ça implique de maintenir un minimum de liens sociaux, mais comme c’est du virtuel, c’est plus facile de raconter des craques.)
Le concept, c’est Margaret Thatcher dans le corps de Mère Theresa, vous voyez ?

.

Voilà voilà. Surtout n’oubliez pas de respecter à la lettre ces six commandements, sinon après y’a plein de nanas qui vont se sentir obligées de bloguer pour chouiner sur ces blogueuses impolies sans foi ni loi qui ne se préoccupent que de leur nombril.

(Je vous ai déjà dit que dans mon nombril, les plis forment un A, et que mon vrai prénom commence par un A ? Je suis sûre que le médecin l’a fait exprès, un peu comme un hommage, vous voyez.) (Un hommage à quoi, je ne sais pas, mais un hommage tout de même)

Publicités

17 réflexions sur “Les six commandements de la blogueuse

  1. Haha oui pour le langage chatie, j’ai encore des efforts a faire. Quoique, en general, si je jure, je ne mets que la premiere lettre du mot et c’est aux lecteurs intelligents et perspicaces de savoir de quel juron il s’agit 😉
    Un bon article que tu nous a ecrit la!

    J'aime

  2. Comment ça, « ses lectrices » ? Bon, va falloir que je m’offre des lunettes alors, rapport aux panneaux de sens interdit que je n’arrive même plus à voir 😦

    J'aime

    • Mais non, il suffit d’un petit « scouic » ! 😀
      Blague à part, la graaaaande majorité du lectorat des blogs de fille est féminin, d’où le « lectrices ». (Toutes mes excuses à ta susceptibilité, du coup 😉 )

      J'aime

    • Le lecteur du blog de fille, cette espèce rare et si peu étudiée … 😀 Enfin, j’en connais au moins un spécimen pour mon blog : mon frère ! 😀

      J'aime

  3. Contempler la blogueuse évoluer gracieusement parmi ses semblables, dans son environnement naturel, est un plaisir d’ethnologue et d’esthète. Comme, de plus, on y apprend des choses rigoureusement indispensables, sur le plopage des collants et le roxage des princesses par exemple, il serait atrocement dommage de s’abstenir 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s