Un mot pour 2014

Vu l’an dernier chez Armalite, l’idée m’avait plu mais je n’avais pas voulu l’approfondir – et de toutes façons, mon seul objectif tenait dans l’expression « décrocher ce putain de M1 et trouver quoi faire de ma vie sans avoir envie de pleurer tous les trois jours ».

Mais maintenant que la donne a changé – mon diplôme placé dans un cadre doré à l’or fin, éclairé par des projecteurs particuliers et protégé par un cordon de sécurité -, j’ai bien envie de m’atteler à l’exercice, et de choisir un mot qui guidera l’année de mes 25 (aaaaarrrrgghhhhhh) ans.

(Ce mot pourrait être « respiration » mais bon, ce serait trop facile)

paillettes-3

En fait, je pense que ce mot pourrait  « détente ».

Parce que non, je n’y peux rien si je suis en retard parce qu’il n’y a pas de tram ; non, ce n’est pas parce que je suis en retard une fois que le monde va s’écrouler, que mon dossier va être bancal, que je ne trouverai jamais de travail, ni que je mourrai seule, abandonnée de tous et en ayant vécu de prestations sociales toute ma vie. Et de toutes façons, monter en pression et me mettre à angoisser ne fera pas avancer le tram plus vite.

D’ailleurs, ce n’est pas parce que je ne suis pas aussi en avance que d’habitude que je suis en retard. (Ca aussi, ç’a été l’objet d’un grand travail dans le tram, les gens à côté de moi ne se doutaient pas que j’étais en pleine auto-thérapie)

Non, ce n’est pas mortel non plus de rater un TP avec ce prof-canon-du-moment-qu’il-n’enlève-pas-sa-toque* et non, ce n’est pas de l’absentéisme chronique que de ne pas assister à un TP parce que je suis malade.

(Rigolez pas, j’ai vraiment eu l’impression de déserter, de trahir ma patrie etc., c’est tout juste si je ne m’attendais pas à ce qu’un quelqu’un hurle « HÉ TOI, LÀ ! LA PLANQUÉE ! TIRE-AU-FLANC ! RAMÈNE TES FESSES EN CUISINE ET QUE CA SAUTE ! ICI, ON MEURT LA POÊLE À LA MAIN ! »)

glitterkula_174369967

Non, ce n’est pas grave non plus si je n’ai pas 45/20 à chaque interro, le tout c’est de continuer à progresser doucement, parce que sinon mon dossier va être tout pourri, je serai jamais prise en BTS et je ne trouverai jamais de travail.

Non, il n’y a pas non plus mort d’homme si je ne publie pas que des billets mouahaha-mort-de-rire-lol-de-feu sur le blog.

Et ce n’est pas si grave non plus si je file un collant, ou qu’un autre me glisse un peu sur les chevilles parce qu’il est trop grand.

Ce n’est pas si grave non plus d’aller sur ses 25 ans, il paraît même que la plupart des gens y ont survécu.

Donc, mon mot-que-je-vais-essayer-de-ne-pas-oublier pour 2014 sera « détente ».

(Et en mot subsidiaire, « paillettes ».)

Et vous, un mot pour 2014 ?

.

*Notez cependant que son postérieur m’a l’air tout à fait charmant. Mais du coup, je préfère qu’il garde son pantalon. Une désillusion à la fois.

Publicités

22 réflexions sur “Un mot pour 2014

  1. J’en ai un, grâce à toi, grâce à Armalite, vous m’avez inspiré et donné l’exemple, mais je le publierai un peu plus tard.

    Bisous ❤

    PS : l'Alsace, c'était très beau et je regrette de n'avoir pas pu aller jusqu'à Strasbourg. Mais on y retournera, c'est sûr. Et cette fois-ci, je compte bien venir te voir. Comme ça, on pourra aller boire un verre, ou un thé, et se détendre ensemble, à grands renforts de paillettes.

    J'aime

    • Alors j’attends de te lire !

      Bisous aussi ❤

      PS : n'aie pas de regrets, j'ai eu un week-end plus chargé que prévu (mais en bien !), donc on n'aurait quand même peut-être pas pu se voir. Il y a plein de salons de thé sympa, ici, je serais ravie de te les faire découvrir ! (Du moins, ceux que je connais)

      J'aime

  2. Un mot ? UN MOT, un seul ?!?
    Mais c’est beaucoup trop peu !!!

    Cela dit, en te lisant, j’ai l’impression de me lire au même âge.
    Et donc, si ça peut te rassurer :
    1) oui, il est tout à fait possible de survivre à ses 25 ans
    2) avec l’âge vient une certaine décontraction (en ajoutant néanmoins « seulement chez ceux qui le souhaitent activement », ce qui semble être ton cas).

    Voilà, c’était « Le mot de la vieille croûte ». A vous les studios.

    J'aime

    • Disons que c’est pour éviter de pécher par excès d’ambition 😉
      Je n’étais pas aussi crispée et tendue en permanence, avant, et j’aimerais bien retrouver l’Anna qui haussait les épaules en se disant que le monde n’allait pas s’écrouler pour si peu.

      J'aime

  3. Ah moui, tiens, j’avais pas pensé à ça. Dans les métiers de bouche, il y a peut être des profs canon avec pantalons. Mais il y a surtout des filles à poêle.
    Tu peux me rappeler comment on fait, pour se présenter au concours ?

    J'aime

  4. Oh que tu as bien raison !! Il faut arrêter de se culpabiliser (les autres s’en occupent très bien pour toi, en général) et se déstresser. Et surtout, sèche les cours tant que tu le peux, malade ou pas (avec modération, bien sûr, mais quand même) ; parce qu’après, quand tu devras aller travailler et relever ton collègue, tu ne pourras plus. Fais-le pour moi : un matin où il faut bien froid, reste au chaud sous la couette 😉 (je ne l’ai pas fait avant en fac, et j’ai été stupide !!!)

    J'aime

    • Arrêêêêêêêête de me tenter ! Il fait tellement froid et humide en ce moment, en plus … Ou si, tiens, « je ne vais plus en cours tant que je n’ai pas reçu mes pantalons d’uniforme, parce qu’il fait trop froid pour mettre une jupe ». Et hop !

      J'aime

  5. Celui qu’on accepte de payer, en grande partie. Perso c’est après 25 ans que j’ai accepté le fait de me « détendre ». La culpabilité qu’on traîne c’est souvent un boulet qu’on se crée en acceptant beaucoup de choses de la part des autres. Après, il y a des choses avec lesquelles on doit bien composer… mais je pense qu’accepter qu’on a pas prise sur tout aide à se sentir plus léger.

    J'aime

  6. On survit aux 25 ans 😉 et je suis la preuve qu’on peut très bien survivre aux 30 ans 😉
    Je crois que le mot « détente » pourrait très bien s’appliquer à moi, tout comme « sérénité ». J’aime bien l’idée de cette note en tout cas.

    J'aime

    • En fait, ce qui me fait flipper dans le fait d’avoir 25 ans, c’est que j’ai à peu près le même mode de vie qu’il y a cinq ou dix ans. Mais bon, on verra ce que ça donne !

      J'aime

  7. On passe les 25 mais bon on prend un coup de vieux quand même. Le pire c’est cette terrible désillusion : « ah oui c’est vrai j’ai plus 20 ans… J’en ai 26 beuheuheuheu ». 25 finalement ça va encore, 26, j’ai l’impression de cavaler vers la vieillerie.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s