J’aurais su, j’aurais pas venu.

Absolument.

Parce qu’il y a une chose qu’on ne dit jamais, JA-MAIS aux filles qui postulent en école hôtelière, un chiffre qu’on se garde bien de nous communiquer, un tabou que je souhaite aujourd’hui faire voler en éclats : le budget « bas et collants », et les névroses qui en découlent.

(Joli) Billet pour un passage chez la proviseure.

(Joli) Billet pour un passage chez la proviseure.

Autant, les collants qui s’accrochent sur les chaises et filent, OK, on pouvait s’en douter. Mais personne ne m’avait prévenue qu’il y aurait des semaines où je flinguerais un collant par jour. Ni que le collant qui s’accrocherait au pied d’une chaise (le pied d’une chaise ! En métal lisse !) et ferait une multitude de « plop plop plop » se matérialisant par des trous sur mes mollets serait d’un noir d’encre, et que donc les trous se verraient d’autant plus (évidemment, je ne savais pas non plus que je n’aurais pas de collants de rechange) (classique erreur de débutante).

(Ne me dites pas de mettre un pantalon : ils n’ont pas été livrés, donc je n’en ai pas) (sinon, vous pensez bien que je ne serais pas en collants par -2°C)

I have a dream that one day, blablablabla

I have a dream that one day, blablablabla

Mais surtout, surtout, on ne m’avait pas dit que je deviendrais cette fille qui se tortille dans tous les sens dans un tram bondé pour éviter au maximum le contact avec les autres personnes – surtout avec des sacs à main ou à dos avec une fermeture Eclair, cette invention du diable qui file un collant en un instant,  avec un sac au bout un peu trop pointu, ou n’importe quel corps vivant ou inerte susceptible d’entrer en contact avec la partie inférieure de mon anatomie allant des genoux aux orteils.

Oui, même les orteils : on pourrait me filer/ploper un collant en me marchant sur le pied, par exemple.

Peut-être même en respirant trop fort en face de moi.

Choupitude absolue.

Choupitude absolue.

J’ai peur.

Aidez-moi.


(J’aime me faire du mal*)

.

*N’en tirez tout de même pas des conclusions hâtives, hein.

Publicités

39 réflexions sur “J’aurais su, j’aurais pas venu.

  1. Mais tu sais qu’il existe des collants qui ne filent plus?? ouais ouais, chez Dim! Testés et approuvés! Même si un fil se tire, çà ne lâche pas, ça fait une micro-boulette, mais c’est tout! Tu gardes la classe !! 😉 Courage, courage!

    J'aime

    • D’autant que je n’y suis pas abonnée 😀 Non mais j’ai aussi des collants très épais (reste à savoir où ils ont disparu sur le trajet panier à linge/machine à laver), mais j’aime bien aussi pouvoir mettre des collants transparents, c’est plus joli je trouve.
      Enfin t’façons maintenant chuis névrosée, j’te parie que même en pantalon je vais me tortiller comme un asticot dès que quelqu’un s’approchera trop de moi !

      J'aime

  2. Le collant, c’est bien cette pièce de vêtement qui permet aux femmes de continuer à exhiber leurs gambettes malgré les frimas de l’automne ?
    Ah sans hésiter, dans ce climat français déjà bien délétère, je confirme l’importance ca-pi-tale du sujet 🙂

    J'aime

    • Sans compter que porter des collants non filés fait partie de la « tenue correcte » exigée 🙂 (Parce que honnêtement, tout ce qui m’importe, c’est de ne pas me faire engueuler à cause de ma tenue. Le reste, hein … ^^)

      J'aime

  3. Ca demande un budget non-négligeable, finalement ! Alors, prenez carrément des collants bien opaques, moins sexy peut-être et encore, avec une jupe un peu courte… mais nous sommes en hiver et l’opaque est tendance ! Le prix d’achat sera élevé, mais vous allez vous retrouver dans la durée…
    Ce sera plus problématique au printemps !

    J'aime

    • Voilà, vous avez mis le doigt sur le problème : les demi-saisons ! L’hiver, collants en laine ou en coton ne craignent rien ou peuvent être discrètement reprisés ; en service ou quand les températures se réchauffent, c’est plus compliqué …
      La longueur de jupe est en revanche non négociable, « un peu courte » n’est (normalement) pas une longueur admise. 😦

      J'aime

  4. Rhaaa, j’imagine ! J’ai bossé comme hôtesse pendant des années, et je devais sans cesse me racheter des collants (et amener une paire de rechange en mission était obligatoire). Sauf que c’était juste une fois de temps en temps… Je n’ai malheureusement pas de « truc » ; je confirme que même en essayant d’être maniaque, ça file pareil… :-\

    J'aime

    • M’en parle pas, et avec parfois trois changements de tenue dans la journée, ça n’aide pas ! Je vais finir par prendre des actions chez Dim. Ou chez Wolford, tiens, tant qu’à faire !

      J'aime

    • Je ne sais pas comment j’ai pu le « plop-trouer » comme ça juste par le contact (même pas violent) avec un pied de chaise, peut-être un défaut de fabrication ? Quoiqu’il en soit, j’en ai acheté quelques autres de cette gamme, et ils tiennent plutôt bien la route !

      J'aime

    • Ouaip, mais plus le nombre de deniers est élevé, plus les collants transparents sont meuches 😦 Enfin là je suis passée à ceux en laine, ça fait tellement de bien ♥
      Je ne crois pas qu’il y ait de Tati par ici, mais des filles de la classe m’ont dit d’aller voir chez Leclerc, le suspense est total !

      J'aime

  5. Je me permets quand même de dire que le proviseur n’a aucun sens de l’esthétique.
    Oui, je sais : il s’en fiche. Ca doit être correct et pratique. Un jour on fera qqch de correct, pratique ET joli…

    J'aime

    • LA proviseur(e). C’est encore pire !
      (Au fait, l’aspect pratique n’est absolument pas entré en ligne de compte dans les choix pour les tenues. Padutoudutoudutoudutou.)

      J'aime

    • Non mais, à la décharge de l’administration du lycée, le but c’est de nous habituer au dress code des établissements plutôt haut de gamme. Mais bon, c’est difficile de passer du total free style de la fac à un dress code aussi strict ! 😦

      J'aime

    • Je comprends bien la logique et je suis d’accords sur le fond. Ce que je trouve dommage c’est quand un dress code strict ne pense pas à un minimum de confort. Strict et confortable ne devrait pas être opposé. (C’est la pensée philosophique du jour :p)

      J'aime

    • Nous sommes d’accord 🙂 Mais faut dire aussi que ce serait plus confortable si j’allais en cours en voiture, par exemple, ce sont les collants dans les transports en commun qui me rendent folle.
      Bref, il me faut un chauffeur ;D

      J'aime

  6. Déjà que le métro parisien est semé d’embûches menaçantes pour les collants, je te raconte pas aux heures de pointe. La misère, surtout quand tu l’as acheté le jour même.

    J'aime

  7. Certes. Je vais faire ça avec la volvo sport de mon pôpa, tiens.
    Je pensais plutôt au fait que tu m’expliques le « c’est pour les faibles »

    J'aime

  8. T’as pensé à faire comme les américaines, en mode jmen-fous-de-ce-que-les-autres-pensent?
    Je m’explique: perso je m’achète des grosses guêtres en laine que j’enfile rapidement avant mes déplacements en métro ou pour une course quelconque avant le moment M: c’est déjà ça. J’avoue, faut assumer! moi je m’en fiche ^^
    Ceci dit, si tu trouves une autre solution ça m’intéresse 😀

    J'aime

  9. Coucou ! Wiii je sais, ça fait longtemps, mais je suis partie à Punta Cana (hiiiiiiiiii !!!) et j’ai fait des 10 jours de boulot avec des soirs, des matins, des soirs-matins et un jour de congé au milieu à cause de mes collègues en arrêt-maladie et en vacances (moins hiiii du coup…). Alors je compatis très fort avec toi au niveau des collants, c’est la grosse galère, au début on en crame plein, puis on s’y fait (et on trouve des marques plus résistantes que d’autres)… Mais c’est un budget (le budget destiné à l’odeur de tes pieds et ainsi à ta vie sociale devient également très important d’un coup…). Courage… 🙂 et bizous !!

    J'aime

    • Coucouuuuuuuuu !
      Je me demandais justement ce que tu devenais, ravie de savoir que tout va bien 🙂 (Ou presque)
      Je pensais à toi la dernière fois, on nous a demandé en cours si on avait déjà entendu parler de la pyramide de Maslow, et j’ai fait une petite moue blasée en répondant que « mouiiiii, c’est une histoire de besoins primaires, noooon ? » (merci ton commentaire du mois de juin).
      Me parle pas des pieds, j’ai l’impression qu’ils pourrissent -_-
      Bisous !

      J'aime

    • Tu viens de faire prendre à ma vie une autre dimension : j’ai été utile à quelqu’un, wouhou !!!! Oui, la pyramide de Maslow, ça signifie que quand tu as envie de manger ou de faire pipi, ça passe avant tout le reste, et ça te permet de tout laisser en plan, merci Maslow ! 😉

      J'aime

    • Je vois d’ici le mot d’excuse imparable : « ayant eu faim et étant fatiguée, j’ai cédé aux préceptes de Maslow et ai préféré manger/me reposer plutôt que d’assister à tel cours » 😀 ou « je pouvais pas faire mon repassage, j’avais faim ! »
      (Maslow, mon héros)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s