Salut, je suis toujours en vie !

Bon.

Il semblerait que j’ai un peu déserté la blogosphère ces temps-ci – mais que voulez-vous, j’ai le chic pour choisir des cursus qui impliquent de ne pas avoir de vie.

(Enfin ça va, vu le vide intersidéral de ma boîte mail, vous avez l’air de plutôt bien vous en porter)

(Vous êtes vexants)

(Comme dirait mon prof d’éco-droit « j’envisagerai peut-être de vous pardonner votre traîtrise d’ici quelques temps »)

Bon, bref.

Violet

Il s’est passé plein de trucs. Pleiiiiiiin de trucs chouettes ou moins chouettes – comme par exemple, le repas de classe qu’on a fait juste avant les vacances, organisé dans un resto qui fait des fournées industrielles de tartes flambées avec des lardons industriels et de la pâte toute fine donc super noircie etc. (nous avons donc tous intégré une école hôtelière pour manger des lardons Herta, youplaboum) (vous me direz, le lycée fait bien manger ses élèves post-bac au resto U, on n’est plus à ça près).

Au début c’était pas mal, je suis arrivée pile à l’heure du rendez-vous, on discutait un peu et tout (mes yeux ont un peu regretté le non respect du dress code du lycée hors des murs de celui-ci, mais passons), d’autres sont arrivés, pif paf pouf en route pour le resto et hop on s’installe dans le caveau pour les groupes.

Halala, les amis, halala.

Je pensais que s’installer nécessitait d’enlever sa veste, éventuellement son écharpe, de tirer une chaise, de plier les genoux et d’y poser délicatement son postérieur, sans imaginer un seul instant – un seul instant, entendez-vous ?- toute la souffrance qui peut se trouver derrière cette action en apparence si banale.

Parce que la répartition des personnes a fait que Jessica Kassovayr s’est retrouvée en bout de table.

À DEUX PERSONNES DE SES COPINES.

crying

Et que du coup, elle a fait « hé mais nan, j’veux pas être là, moi ! »

(Merci pour nous, connasse)

Après, la glousseuse compulsive de la classe (elle rigole et glousse à voix haute en permanence, sous n’importe quel prétexte) (mais vraiment n’importe lequel) (même lui demander du Tipp-ex ça la fait glousser) a fait la gueule parce que des prépa dans la même salle gueulaient des trucs super fins du genre « NOS VOISINS C’EST DES VOISIIIIINEUH » (il y a tellement de chansons à boire dans le patrimoine musical français, étaient-ils vraiment obligés de se limiter à ça ?) (non) (personnellement, c’est La Madelon qui me fait grimper sur les tables) (même à jeun) (mais ce n’est pas le sujet, je crois), donc je disais que la glousseuse compulsive a tiré une tête de six pieds de long, et a fait « non mais c’est pas possible, putain je supporte pas les gens qui gueulent comme ça là, putain j’ai trop envie de me lever et d’aller leur dire de fermer leur gueule ! ».

(MAIS QUELLE COÏNCIDENCE, C’EST EXACTEMENT CE QUE J’AI ENVIE DE TE DIRE DEPUIS SIX SEMAINES)

Hasuqote

Juste après, Jessica a décidé d’attirer un peu l’attention sur elle (au cas où on aurait un peu oublié ses gentillesses) en braillant « HOLALA DITES DONC FAUT VRAIMENT PAS QUE QUELQU’UN VOIE MA PHOTO SUR MA CARTE D’IDENTITÉ ! ».

Perso, faut vraiment pas que quelqu’un voie ma photo sur mon permis de conduire, et rien que pour ça j’espère qu’on ne me volera jamais mes papiers (perso, je tire un permis avec une photo comme ça, direct je le rapporte à son détenteur) (et laissez-moi vous dire que même si je devais quitter le pays en toute urgence, jamais, et je dis bien JAMAIS je n’accepterais de faux papiers avec une photo pareille), et franchement je ne me la ramène pas en soirée – mais bon, je ne porte pas non plus de robe moulante et fendue jusqu’à la raie, et je ne fume pas en moulinant des bras (mais bon, déjà que quand elle a dit « ouais Machin il me surnomme Popol » et que j’ai fait en rigolant « mais non mais c’est très sexy Popol », elle m’a dévisagée genre comme ma mère l’aurait fait si on n’avait pas été au téléphone quand je lui ai demandé de m’expliquer comment on utilise un ouvre-boîte, j’ai compris qu’elle et moi on ne pourrait pas s’entendre) (au-delà du fait que je ne peux pas la piffer depuis le premier jour, que c’est vraisemblablement réciproque et qu’il y a de fortes chances que je finisse un jour par l’emplâtrer dans un mur), et bon, j’en étais où, moi ?

Oui donc comme il ne fallait vraiment pas que quiconque voie sa photo sur sa carte d’identité, elle a cédé aux supplications de ses copines et leur a montré sa carte, en braillant bien « MAIS TU LA FAIS PAS PASSER, HEIN », chose que tout le monde s’est empressé de faire.

Halalalalalalaaaa, quelle plaie ces gens qui ne respectent pas les désirs des autres !

Mais moi je suis très bien élevée, alors je n’ai pas regardé la photo ni la carte.

tumblr_m4sh4djXBw1r8th2o

Et, bon, à peu près toute la soirée s’est déroulée comme ça, sauf les moments où j’ai déconné avec ma copine rouquine (je précise qu’elle est rousse parce qu’en général je sympathise plutôt avec des brunes) (les mystères de la vie, tout ça tout ça), avec les nanas qui sortaient fumer en se regardant sombrement d’un air entendu (comme dans les séries policières quand les acteurs vont prendre un bâtiment ou un truc d’assaut) (et là, il ne s’agit pas ee faire la gueule si les copains sont à plus de deux mètres) (mais bon, pour c’que j’en dis …), après elles revenaient en tirant la gueule et en faisant des conciliabules entre elles, et tout et tout.

À la fin, on s’est retrouvées à trois pour garder les vestes et sacs de tout le monde qui était dehors (ma copine rouquine + moi + une qui a visiblement été un peu mieux élevée que les autres et est restée avec nous), au bout d’un moment tout le monde est revenu chercher ses affaires, et hop ils sont partis pour une balade sur les quais sans trop nous demander notre avis, alors j’ai pris Copine Rouquine par le bras et j’ai fait « oh allez viens on se casse », et elle a rajouté « putain ouais ils sont trop cons dans cette classe, HAHAHAHAHA ! »

Une vraiment chouette soirée, en somme.

(Personnellement, j’ai arrêté d’essayer de m’intégrer dans cette classe quand on m’a demandé si j’avais été pionne pour l’argent)

oh-stop-u

(Ouais, la traite des enfants rapporte pas mal, même si à cause de la crise l’offre a plus augmenté que la demande)

(Enfin bon, je n’essaye plus de comprendre les gens depuis que j’ai vu Damian Lewis sans cheveux)

Publicités

14 réflexions sur “Salut, je suis toujours en vie !

  1. Je trouve que leur bêtise te va très bien au teint. ça fait ressortir ton sens naturel de la distinction.

    (c’est un plaisir de te retrouver) (surtout durant « journée pourrie »)

    J'aime

    • Merci. Ma sociabilité ressort également, ne trouves-tu pas ?
      (Demain est un autre jour) (mais j’ai lu ton billet, j’espère que la journée s’est mieux terminée qu’elle n’a commencé)

      J'aime

  2. Voilà. Je me rappelle pourquoi, quand j’ai repris les études, il était hors de question pour moi de recommencer en première année. Ce genre de personnes, je n’y arrive plus… Bon courage !!

    J'aime

  3. Cette Jessica, par la grâce de son nom de famille, permet de résoudre enfin une des plus horripilantes énigmes des temps modernes.
    À savoir que le féminin de « casse-couilles » n’est autre que « casse-ovaires » !

    J'aime

    • Si j’étais vache, je dirais que c’est bien la première fois qu’elle sert à quelque chose.
      Mais je suis gentille.
      Enfin, je crois.
      Peut-être.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s