À la recherche d’un job d’été

Pour la première fois de ma vie, je cherche un job d’été – c’t’à dire que jusqu’à présent, ou je passais mes étés en treillis rangers (et payée, donc), ou je me contentais du salaire versé par le boulot – pas de quoi faire danser ma banquière sur son bureau, mais salaire tout de même (oui, des fois je dis « mon banquier », des fois je dis « ma banquière », parce que ça change tout le temps et que je ne sais plus de qui il s’agit aux dernières nouvelles).

Sauf que voilà, le master 2 qui m’intéresse vaut à peu près 2 000€ (enfin il les coûte, je ne sais pas s’il les vaut réellement) (je déborde d’enthousiasme, j’en ai à ne plus savoir qu’en faire), donc il va falloir que je mette au turbin si je suis prise (et si je ne le suis pas, je serai profondément vexée mais je pourrai faire du shopping) (ou partir à Londres, tiens) (oh oui c’est une bonne idée, ça) (enfin d’abord, ce serait pas mal de valider mon année) (sauf si on part sur l’idée du shopping londonien)

Donc, j’ai établi un plan de bataille, en commençant par les endroits où il est inutile de postuler :

– Sephora : une journée de maquillage pour y travailler = plus de maquillage que pendant les 23 années précédant ma candidature (et je ne suis pas sûre que dire d’un produit « il est bourré de cochonneries mais sinon ça va » fasse grimper le chiffre du magasin) ;
– les usines : pas besoin de détailler, si ? Je pense que vous voyez tous de quoi je veux parler.
– maître-nageur-sauveteur : autant vous le dire tout de suite, si je vois quelqu’un se noyer, j’appelle à l’aide mais je ne saute pas.
– une boulangerie : en quinze jours je fais mettre la clé sous la porte au propriétaire à force de grignoter tout ce qui passe (NB : tu es boulanger ? Tu veux planter un concurrent ? Envoie-moi un mail, qu’on s’arrange)

Partant de là, j’ai épluché les offres d’emploi, et … Et cruelle désillusion.

oooh-la-la

OK, OK, I keep calm, I respire, I adjust my tiara, I am Kate Middleton (but in blonde and petite boulotte) (it’s not true I’m not boulotte, I just makes réserves for if it’s the end of the world)

Genre, même pour être dame pipi faut une lettre de motivation. « Cet emploi me permettrait de perfectionner mes compétences en nettoyage de cuvette » ? « Je suis maniaque et ce poste me permettrait d’assouvir mes passions sans risquer l’internement » ? « Je suis bordélique et allergique au ménage, j’envisage ce travail comme une thérapie » ? « C’est pas loin des rues commerçantes, ça me permettra de faire les magasins pendant mes pauses » ? Je veux dire, je n’ai rien contre les dames pipi (c’est comme tous les métiers, si ça existe c’est qu’on en a besoin), mais de là à devoir pondre une lettre de motivation argumentée et tout … (Mais j’ai fait une belle lettre où je parle de rigueur et de discipline, de contact avec le public blablabla, plein d’expérience dans ce domaine blablabla, et je n’ai évidemment pas envoyé de photo de ma chambre) (j’ai pas osé dire que j’avais été de TIG de WC et que donc je savais les nettoyer) (mais j’ai hésité)

J’ai aussi postulé pour surveiller des salles de musée : priorité aux étudiants en histoire de l’art. Genre, faut avoir une sensibilité particulière à l’art pour empêcher les touristes de coller leurs doigts sur un tableau ? Et pour être femme de ménage au tribunal, on donne priorité aux étudiantes en droit, aussi ? Pfeuh. (Ils ont refusé ma candidature alors que je suis hyper compétente et qualifiée, je suis vexée comme un pou) (j’espère qu’ils auront plein de problèmes, tiens)

oooh-la-la

Yes I’m calm, I’m just preparing some attentats against the miousééé, but it’s OK my mother is Corsican you know, we are professionnals in the family, big experience, you can make us confiance, we are going to do the ménage after the bomb makes boum.

Du coup, tadadadaaaa, j’ai fait des CV et LM à déposer dans les McDo, Quick (« j’ai quelques kilos à perdre et il paraît que m’agiter derrière un comptoir et nettoyer des tables m’aiderait beaucoup »), des hôtels (« je sais dire plein de gros mots en anglais, en allemand et en espagnol ») et dans les supermarchés (« depuis mon plus jeune âge, je fantasme sur le scan des articles, passion qui n’a été que partiellement assouvie par la mise en place de caisses automatiques »).

J’vous tiens au courant.

Publicités

18 réflexions sur “À la recherche d’un job d’été

  1. Keep calm & good luck!
    Quick et McDo’ embauchent en masse à cause de leurs turnovers de fous, quand bien même je ne te le conseille pas (j’ai travaillé un mois chez McDo’ quand j’étais étudiante et ai finalement préféré contracter un prêt pour financer mes études plutôt que d’avoir l’odeur de graillon incrusté dans la peau à vie).

    J'aime

    • Bah là ce serait pour deux mois (en admettant qu’ils me prennent pour les deux mois), histoire de ne pas passer mon été à larver à la maison ! Sachant que j’ai de toutes façons une permanence juridique (rémunérée) à assurer un ou deux jours par semaine cet été, ça me permettra de souffler un peu 🙂
      (Enfin je te comprends quand même pour le prêt)

      J'aime

  2. Oh oui, les hôtels !!! Si le mien recrutait, je t’aurais pistonnée… Nevertheless, ça vaut parfois le coup de jeter un oeil hors de sa région (genre la Corse… J’dis ça, j’dis rien…). Je m’explique : souvent, en saison, tu es logée et du coup bosser devient super rentable (et au passage tu peux te retrouve dans un endroit superbe, testé et approuvé pour le Lubéron pour moi) ; tu peux aller jeter un oeil sur lhotellerie-restauration.fr si jamais. Sinon j’avais écumé les centres commerciaux pour être vendeuse, le truc c’est que j’avais trouvé qu’à mi-temps et du coup le salaire est pas tip-top… Mais ça dépanne ! (et tu as 30 % sur les fringues ! ^^)

    J'aime

    • Non, en Corse il y a ma grand-mère ! Et normalement j’assure une permanence juridique, donc je ne peux pas trop m’éloigner :/
      Mais merci pour tes conseils, je vais regarder ça en détail ce week-end 😀 (s’il y avait une boutique Louboutin ici, crois-bien que j’en ferais le siège pour être embauchée 😉 )

      J'aime

  3. Ah, les jobs d’été! Ah les lettres de motivations ET l’expérience de genre 1 ans pour récurer des WC… Quant au fait d’être étudiant-e en histoire de l’art pour surveiller les musées, moi ce qui me fascine (et me faire rager) c’est la priorité donnée aux BTS tourisme pour tout ce qui a trait au patrimoine et à la culture. Genre, si tu as une licence d’histoire de l’art (voir un master) tu es incompétent-e pour faire de l’accueil pour une expo temporaire. Par contre un bts tourisme, là, tu gères grave…

    J'aime

    • Bah franchement, ça fait quatre ans que je suis surveillante, que ce soient des ados bébêtes ou des touristes, ça revient au même … Enfin bon. Viens, on va tout faire péter ! 😀

      J'aime

  4. A ajouter aux endroits où ne pas postuler: les homes pour personnes âgées. Les vieilles dames te mordent, les vieux messieurs te pincent les fesses et « aide au nursing » inclut bien trop de manipulations corporelles pour une personne sans aucun diplôme ni vocation dans le domaine (comprendre: inclut de mettre de la pommade sur des hémorroïdes et de changer des couches pleine de caca).

    Pas contre, sur un C.V., cette ligne équivaut bien à un « flegme et endurance: + 1000 ».
    (les études, c’est cher)

    J'aime

    • Ah non mais non, ça c’est hors de question ! (Quatre ans comme pionne, c’est pas mal non plus question points d’endurance, j’aime autant m’arrêter là)

      En tous cas, chapeau d’avoir réussi à faire ça. Tu as tenu combien de temps ?

      J'aime

  5. Euhhhh c’est dans quel musée que t’as postulé ??? Sérieux, je connais assez bien la question et je peux te dire que par chez nous, on est beaucoup moins sélectifs et discriminants. Sans vouloir être méchant je dirais même que parfois on devrait revoir les exigences à la hausse.

    Bon, sinon, attention, ATTENTION au « contact avec le public » quand on est dame pipi. Y’a des gens qui pourraient essayer d’en profiter, en la jouant un peu naïf, quoi (nan, j’oserai pas le dire) (allez si je le dis) : « Vous pouvez me la tenir ? J’ai un coup de fil urgent à passer et je suis très gauche quand il ne me reste qu’une seule main. »

    J'aime

    • Auprès de la mairie, après ils sélectionnent pour l’ensemble des musées de la ville en fonction des besoins. Tu veux pas leur passer un coup de fil, dis ? 😀

      Et euh hum, franchement, je m’inquiète plus pour les gros pervers libidineux que pour moi 😀

      J'aime

  6. Un astuce pour les magasins de fringues (en plus c’est bientôt les soldes) : j’ai d’abord essuyé quelques échecs because I was unexperimented, mais j’ai fini par bobarder sur mon CV en disant que j’avais tenu le magasin d’une amie le weekend lors de mon année à l’étranger – invérifiable, of course, et vas-y que j’en ai rajouté une couche pour que ce soit crédible, et là ça a marché (qu’ils sont naïfs). Bon par contre qu’est-ce que j’ai pas aimé ça, hou non que j’ai pas aimé… J’ai tenu 8 mois, mais j’ai l’impression que ça a duré des années et que j’en ai gardé un traumatisme profond, c’est dire.

    J'aime

    • Arf,pas d’année à l’étranger à pipeauter pour moi 😦 (Enfin si, mais j’avais 11 ans, je risque de ne pas être très crédible 😀 ) Mais une fois j’ai aidé une copine vendeuse à replier quelques tops et à remettre des robes sur des cintres, je pense que je vais en parler.

      J'aime

  7. J’aime beaucoup tes articles et ton humour 🙂
    J’espère que tu trouveras un travail sympa pour cet été. Ou qui te permettra de nous raconter plein d’anecdotes, à défaut ! Bon courage 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s