Féminisme, poils aux jambes et autres considérations plus ou moins pertinentes

Ce week-end, je suis tombée une fois de trop sur un « féminine mais pas féministe ». Cette manie de dissocier féminisme et féminité … Pfffff. Comme si être féministe impliquait d’avoir du poil au menton, de ne jamais s’épiler et de se fringuer comme un sac. Comme si une « vraie femme » comme il faut en robe et talons aiguilles ne pouvait pas être féministe. Comme si le féminisme était une tare, en fait. Comme si le concept de « vraie femme » n’était pas complètement vide de sens et d’intérêt.

Comme si le féminisme était un, aussi. Il y a plusieurs courants, voire autant de féminismes que d’individus, et chacun fait ce qu’il veut avec sa conception de la chose. Il y a des radicaux, des plus modérés, des opposants … Comme pour tout concept, hein. Les premières féministes se sont battues pour qu’un mode de vie spécifique ne soit pas imposé aux femmes, et qu’elles aient le choix de faire ce qu’elles veulent de leur vie (dans la limite de leurs/nos moyens, c’est évident).

Je trouve ça triste, d’être diabolisées parce qu’on adhère au féminisme, un peu comme les adhérents du FN : beh, pas bien, méchant vilain pas beau. Moi femme qui aime prendre soin de mon homme, tenir foyer et faire la popote, mettre jolie robe et chaussures à talons. Toi pas savoir utiliser four, avoir moustache et poils aux jambes, indigne d’avoir utérus et appas.

Il faudrait en quelque sorte choisir : être féministe, ou aimer faire la cuisine. Être féministe et aimer cuisiner ? Grand dieux ! Être féministe et s’habiller joliment, mettre du rouge à lèvres et être coquette ? Mais à quoi pensez-vous donc ?! Autant affirmer qu’au prochain orage il pleuvra des Pépitos. Être féministe et aimer être chouchoutée par son amoureux ? La blague du siècle ! Être féministe et préparer le café de son amoureux spontanément? Et tu crois au père Noël, aussi ?

Des fois, j’ai même eu l’impression que les gens – souvent des femmes, d’ailleurs – ont peur du féminisme (et des féministes), comme si on allait venir leur enlever leur statut de mère au foyer et les forcer à travailler pour subvenir à leurs besoins. Comme si on ne pouvait pas être féministe et mère au foyer … Promis, on peut. Ce n’est pas parce que je suis féministe et ne veux pas d’enfants que je méprise les femmes aux foyer qui ne vivent que pour la maternité, il ne s’agit simplement pas du mode de vie dont j’ai envie. Les mères au foyer (et les femmes qui travaillent et ne vivent que pour leur indépendance) que je n’estime pas, ce sont celles qui sont trop étroites d’esprit pour admettre qu’on puisse s’épanouir dans un mode de vie autre que le leur. Celles qui me font comprendre que je n’ai rien compris à la vie parce que je n’ai pas et ne veux pas d’enfants. Celles aussi qui se donnent des airs supérieurs parce que féministes. Que certaines femmes ne le soient pas, c’est leur choix : il faut aussi accepter que des gens se soient battus pour des libertés et des droits que certains refusent, pour qu’ils aient la possibilité de les refuser – droits et libertés dont ils font usage par ce refus même, d’ailleurs.

Et puis, il y a les féministes du dimanche, celles pour qui partir en vacances sans leur conjoint est un acte de rébellion hautement féministe, qui l’affirment en pouffant un peu, comme quand on se raconte entre copines cette fois où la capote est restée coincée au mauvais endroit. Elles sont féministes comme elles ont porté des jeans pattes d’eph’ il y a quelques années, c’est la it-conviction de la saison. Féministes mais pas trop, parce que ça dépendra aussi de l’avis de leur rencard de demain sur la question, faudrait quand même pas que ça les empêche de conclure !

En ce qui me concerne, je suis féminine et féministe, je n’ai jamais mordu personne (pas encore) et je m’épile. Eh ouais. Et je le vis bien.

.

.

.

.

(Très, très bien)

Publicités

31 réflexions sur “Féminisme, poils aux jambes et autres considérations plus ou moins pertinentes

  1. Je vais me contenter de citer Ovidie puisque j’ai déjà pu expliquer en long, en large et en travers la raison pour laquelle je refuse l’étiquette féministe (pour celles et ceux qui ne le sauraient pas, cliquez sur mon nom):
    « La plupart des militantes [féministes] que j’ai connues appliquaient [leurs] slogans là où ça les arrangeait. Le « non aux normes de beauté » leur permettait de se négliger sans complexe. Si une militante prend du poids, elle ne doit pas fléchir face à la pression sociale qui lui dicte de mincir. Elle est grosse, par conscience politique, même s’il est bien évident qu’elle souffre de son apparence. Se mettre au régime, c’est se comporter comme une esclave. Tout comme soigner sa peau ou ses cheveux, se maquiller, montrer son corps. Les militantes se soutiennent entre elles dans leur laisser-aller. Toute femme travaillant son apparence et ayant du sex-appeal est considérée comme soumise. » (Ovidie, in « Porno Manifesto », p. 14, Lectures amoureuses, La Musardine)

    Enfin bon, tout ça pour dire que j’approuve ton ras le bol et qu’un jour, je me considérerai peut-être comme féministe puisque c’est déjà ainsi que tout mon entourage me voit…

    J'aime

    • Disons que je suis féministe comme je ne suis pas raciste, c’est une façon de voir les choses et de se comporter. Je n’admire pas les Chiennes de Garde, par exemple, je trouve qu’elles vont trop loin – comme ceux qui disent qu’on ne doit pas dire que les femmes noires ont en moyenne une cambrure postérieure supérieure à celle des européennes. Bah si, même qu’une amie martiniquaise m’a déjà sorti « t’es vachement cambrée pour une blanche, mais moins qu’une noire ». Enfin bref. De même que je trouve normal qu’à poste et compétences égales, un homme et une femme, quelque soit leur origine, ait le même salaire. Je me définis comme féministe parce que je veux que les femmes aient les même droits que les hommes, je ne dis pas qu’on ne doit pas nous tenir la porte ou qu’il faut absolument taper un scandale si un homme veut nous inviter au resto, je n’ai pas jeté à la tête du copain la tasse rose qu’il a achetée pour moi pour quand je viens chez lui, juste je suis reconnaissante envers les femmes qui se sont battues pour que moi aussi je puisse voter, ouvrir un compte en banque si ça me chante et travailler sans l’accord de mon père, et grâce auxquelles je ne suis pas enfermée dans un schéma de vie typé. Voilà 🙂

      (Et quand je prends du poids, je ne fais pas de régime parce que jusqu’à présent, je rentrais toujours dans mes jeans même avec deux kilos de plus) (et que je ne dis pas non à quelques grammes d’appas en plus :O )

      J'aime

  2. (avoue que la référence au FN c’est pour moi ! *sors* )

    J’approuve totalement cet article. Pas juste dans une idée ou dans une autre. Juste tout. Je clame mon indépendance, je me veux égale de l’homme, je ne vois pas pourquoi on devrait être traité(e) différemment (tu donnes l’exemple des salaires qui est je crois l’un des plus parlants) pour une différence physique. Pourquoi faire une différence de sexe ? Dans le principe on est la même chose : un être humain. Les femmes ne sont pas plus faibles, les hommes ne sont pas plus braves, c’est vraiment nourrir un cliché.
    Mais comme tu dis, ce sont souvent les femmes profitant de ce système de « faiblesse » qui s’indignent contre le féminisme, sauf qu’il faut quand même se rendre compte que « mère au foyer » est une ambition très rare de nos jours (ou alors, je fréquente trop d’homme, mais toutes les nanas que je connais soit ne veulent pas d’enfant, soit c’est en gros et très vite, à leur enfant de se faire à leur rythme.)
    Moi j’ai un cerveau de mec, j’aime m’épiler et user de mes charmes pour avoir ce que je veux mais ça m’empêche pas de trainer en caleçon avec le poil dru si j’ai envie. Pire, j’adore le rose et je suis balèze en concours de rot. Et PIRE, j’ai remarqué quand j’avais pris 2cm de plus en largeur. Bah osef, je me suis jamais trouvée aussi jolie, séduisante et bien dans ma peau. Prends ça, la féministe moche.

    J'aime

    • Arf non, je n’ai pas pensé à toi pour la référence au FN :* (mais je pense à toi chaque fois que j’entends parler de Rimbaud, Shakaponk et Indochine, si ça peut te consoler :D)

      Si justement, j’ai croisé une fois une bonne femme (l’épouse d’un ami du copain) qui ne vit que pour ses gosses, son mari et sa cuisine. C’est elle justement qui m’a regardé comme une bouse quand j’ai sous-entendu que je ne voulais pas d’enfants (j’ai même pas dit que je ne les aime pas, j’ai été polie ^^), comme si j’étais une menace pour elle. Mais bon, elle approche de la quarantaine, c’est clair que la plupart de mes amies qui veulent des enfants comptent continuer à travailler après la naissance de ceux-ci.
      (Moi je rote parce que ça choque mon frère et que ça me fait marrer, et je suis capable de le faire avec des boucles d’oreille en strass Swarowski et rouge à lèvres … Et je suis over méga bien dans mes baskets, malgré le gras qui s’est logé sur mes cuisses et mon bidon) (enfin j’dis ça parce qu’il y en a un peu qui est aussi parti dans ma poitrine, ça fait relativiser :D)

      J'aime

  3. Encore un très bon billet auquel je m’identifie. Les gens ont toujours besoin de ranger les autres dans des catégories. On peut en effet très bien être féminine et féministe à la fois ! Bises 🙂

    J'aime

  4. OUAIS!
    Sauf l’épilation et le féminisme je trouve que ça coince. Ca fait super mal l’épilation. Le reste je m’en fous, je me maquille, manucure, talons aiguilles etc etc mais à chaque fois que je vais m’épiler je me trouve anti féministe.
    Zut alors

    Mais je suis d’accord avec toi ^^/

    J'aime

  5. En fait j’ai l’impression que c’est plus dans le sens : « tu es jalouse de ne pas être une belle femme attirante donc tu es feministe » un peu comme « si tu gagne de l’argent tu ne peux que voter à droite, si tu vote socialiste (ou pire extrème gauche) c’est que tu es un assisté » …
    J’ai l’impression que nous n’avons pas le droit d’avoir des convictions propes (nourries par la reflexion et des valeurs de vie) seulement des cases dans lesquelles rentrer donc des stéréotypes foireux du genre feministe = non-feminine !

    J'aime

  6. Beh merde, moi je suis bien contente que le maquillage et la cire existent. Je déteste cuisiner mais ce n’est pas à cause de mon féminisme. C’est fou quand même, on peut très bien lutter pour l’égalité des salaires tout en portant des stiletto, non ? C’est si impensable ? Bel article !

    J'aime

  7. Je comprend ce point de vue et j’irais même plus loin : tant qu’on n’elargit pas le mouvement et qu’on n’intègre pas les mecs a la cause, on loupe quelque chose. Les hommes souffrent aussi des stéréotypes et sont souvent négligés en tant que père de famille par exemple. Certains de leurs droits, et notamment celui d’être un père qui prend du temps pour ses enfants, ne sont pas considérés et c’est bien dommage.

    J'aime

    • C’est très vrai ! Je connais quelques hommes féministes, mais la plupart n’ont même pas conscience de l’intérêt des revendications des féministes – d’ailleurs, je prétends que si les situations étaient inversées, bon nombre d’hommes « anti féministes » serait d’ardents militants du « masculinisme » !

      J'aime

  8. Mais ce n’est pas grave non plus de ne pas s’épiler, si ?…

    Soit dit en passant les « anti-féministes » se font déjà appeler « masculinistes » (si j’en bien compris leur délire).

    J'aime

    • Bien sûr que non, je m’épile parce que ça me convient, mais chacun(e) fait comme il/elle veut 🙂

      Je ne savais pas pour les masculinistes, je trouve ça assez … Bref. (Merci pour l’information 🙂 )

      J'aime

  9. Ah j’adore cet article !
    J’avais du mal à me définir moi-même justement, puisque je suis de celles qui adorent les talons hauts, les petites robes, et préparer des bons plats pour faire plaisir à l’Homme (mais pas tous les soirs non plus, non mais !… Et qui luttent pour un peu plus d’égalité, à leur manière.

    Je vais sortir du sujet, mais je ne pense pas que ce soit en devenant des femmes « machistes » que l’on va gagner l’égalité avec les hommes. Quand je vois des sites comme Adopteunmec ou la pub Fanta « c’est qui le sexe fort », ça me répugne un peu.. C’est être féministe ou bien simplement se mettre au même niveau que les hommes, en les montrant trompeurs et menteurs ? Bref, ça m’agace encore plus.

    J’ai tendance à râler après les « féministes » en général, en visant celles qui luttent pour que le « Mademoiselle » soit retiré des formulaires, entre autres mesures.

    Par contre, je bosse dans l’ingénierie, électronique embarquée, et je suis dépitée de voir le peu de femmes autour de moi. Alors que l’on a tellement notre place ! Que l’on apporte tellement de choses ! Qu’il est tellement important de mettre en avant certains combats, et que c’est simplement effarant de voir que le droit de vote aux femmes est si récent. Il y a encore tellement de choses à faire pour cette parité, qui pour moi, devrait être une évidence ! Après, évidemment, il reste des différences fondamentales (la femme portant la vie, déjà) que nous apporte la nature. Mais enfin, j’ose croire qu’un jour les salaires seront égaux, à travail égal ! Et encore, nous sommes plutôt bien loties, nous les Françaises.. J’ose à peine imaginer le destins des filles Chinoises (celles qui survivent, du moins) et de toutes les enfants que l’on marie de force.

    Enfin, je vais cesser de polluer ici.. Féministe aux jambes lisses, je te salue! (et je m’abonne à ton blog, que j’apprécie!)

    J'aime

    • Nous sommes d’accord 🙂 bien sûr que l’homme et le femme sont différents, enfin les hommes aussi sont différents (il en existe des blonds, des bruns, des grands, des petits), idem pour la femme, personne n’est de toutes façons identique … Pour le Mademoiselle aussi, je n’en vois pas trop l’utilité – tant qu’à faire, autant supprimer le Madame ! Enfin bon.
      Je n’ai pas vu la pub Orangina, mais de toutes façons, on ne dénoue jamais une situation par l’agressivité (comme celle des Chiennes de Garde), engueuler un type qui nous tient la porte ne résoudra rien (je tiens la porte aux gens par politesse, j’estime que ceux qui me la tiennent le font également par politesse et pas parce que je suis un petit être faible, chétif et sans défense). Je trouve que ces mouvances extrémistes du féminisme décrédibilisent l’ensemble du « mouvement » (si je puis l’appeler ainsi).

      La féministe aux demi-jambes lisses te salue 🙂

      J'aime

  10. J’aime ton article! Fière d’être une femme (féminine + féministe)!
    C’est grâce aussi à des féministes comme Marie Curie (épouse, mère et 2 prix nobel) que les femmes peuvent aspirer à des grands postes au même titres que les hommes!
    A bas les clichés, une féministe veut juste que la femme soit respectée comme n’importe quelle autres homme.

    J'aime

    • C’est vrai ! Ou comme une de mes profs de fac, qui a soutenu deux thèses (en même temps), a fini deuxième à l’agreg, est mariée et a deux enfants (qu’elle dépose à l’école ou à la crèche avant de venir enseigner) ! (Je vénère cette femme, vraiment)

      J'aime

  11. Merci pour cet article…. C’est étrange car je ne me suis jamais considérée comme « féministe », juste comme étant logique… Toutes mes copines ralent sur les différences de salaire… Mais quand je dis qu’il faudrait commencer par arrêter de dire que le rose est pour la petite fille et le bleu pour le petit garçon, que c’est en instaurant des différences que l’on croit innées dès l’enfance qu’adulte elles persistent sous cette forme, on me prend pour une féministe extrême… Si en effet il y a des différences entre homme et femme (bah oui, j’ai des seins, ils ont un pénis, des muscles plus importants, j’ai la graisse….), passé ces différences purement physiques, les autres, celles qui disent qu’une fille est pas capable de jouer au foot ou qu’un garçon, ça joue pas à la poupée, ce n’est instauré que par l’éducation… En vrai, elles n’existent pas ces différences, on les a créée…
    Et même que aussi, j’ai rêvé petite d’être super-héros et je suis féminine, met du rouge à lèvre, et suis épilée…

    J'aime

    • Tu as raison, mais je trouve que la lutte contre le « sexisme ordinaire » va parfois trop loin, on ne peut pas forcément offrir que des jouets unisexes à des enfants, et souvent les enfants sont habillés (entre autres) selon les goûts des parents, donc forcément leurs propres goûts seront teintés de ce qu’ils connaissent – donc, des goûts de leurs parents. Et je t’avouerai que je ne vais pas spontanément offrir un circuit de voiture à une petite fille que je ne connais pas, ou une poupée à un petit garçon inconnu – sauf si les parents me disent « tu sais, Truc préfère les jouets de ce genre ». Et puis il faut quand même créer quelques différences entre filles et garçons, qu’ils puissent se construire autour de ces différences et trouver leur identité propre (philo de comptoir, bonjour !).

      J'aime

    • L’epilation, c’est nous qui l’avons créer non? Toutes les femmes ont du poil, associer la pilosité à la masculinité est une chose sexiste en elle. Pourquoi le deconditionnement au patriarcat devrait-il s’arreter a l’epilation?

      J'aime

  12. ahahahah oui, un orage de Pépitos!!!! Féminine et féministe, c’est comme féminine et ecolo. Suis écolo mais je m’épile et je sens bon… 😉 ok c’est pas le cas de toutes mes copines écolos pour qui les poils qui dépassent du maillots ne posent manifestement pas de problème. Mais moi je suis féminine, féministe, écolo et adoratrice de pépitos!! 😀 Bravo pour ton article!

    J'aime

    • Oh il n’y a pas que certaines écolos à pousser l’amour de la nature un peu loin à mon goût 😀 (les Pépitos au pouvoir !)

      J'aime

  13. Franchement, je ne comprends pas comment on peut aller « trop loin » dans la lutte contre le sexisme ordinaire. Ça me semble être un total non-sens : soit on lutte contre, soit on ne fait rien et on contribue à sa survie.

    « Et puis il faut quand même créer quelques différences entre filles et garçons, qu’ils puissent se construire autour de ces différences et trouver leur identité propre (philo de comptoir, bonjour !) ».

    Là non plus je ne comprends pas la logique. Surtout après avoir dit que Pauline avait raison de dire que les différences de genres relevaient de la culture plus que de la nature…
    D’ailleurs, de quelles différences s’agit-il au juste ? La capacité innée des filles à faire la cuisine, tenir un balai ou une caisse enregistreuse et la propension naturelle des garçons à faire du bricolage, jouer à faire la guerre ou à conduire des voitures ?

    Donc, on entretient les stéréotypes sexistes en espérant que les enfants iront se trouver une identité propre en dehors de ces schémas normés et normatifs comme ça, par magie ?
    Qu’est-ce qui t’empêcherait d’offrir un jouet tout à fait unisexe à un enfant fille ou garçon inconnu avant d’avoir une confirmation de ce qu’il ou elle aime d’ailleurs ?

    J'aime

    • Eh bien oui, je suis visiblement plus modérée que toi et j’estime que certaines factions féministes poussent la lutte contre le sexisme ordinaire trop loin, et voient le mal là où il n’y en a pas. C’est mon opinion, point barre.

      Et la différence des genres relève de la culture, certes, néanmoins je ne vois pas l’intérêt de confondre les genres, donc je juge nécessaire de différencier les individus de sexe masculin et féminin. Il ne me semble pas avoir parlé de faire la cuisine ou de jouer à la guerre, étant moi-même militaire de réserve je ne vois pas comment je pourrais tenir ou cautionner de tels propos (oui, tu vois, je sais tirer et j’ai appris à piloter une P4 (une Jeep militaire)). Enfin, avant d’offrir un cadeau à quelqu’un, quel que soit son âge, je me renseigne sur ses goûts, pour espérer lui offrir quelque chose qui lui plaise à lui/elle, sans tomber automatiquement dans l’unisexe – qui n’est, pour ma part, qu’une forme de flemme en l’occurrence (flemme de se renseigner et de chercher vraiment, donc). C’est pour moi une question d’éducation plus que de conviction.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s