Bain dissolvant miraculeux vs Bain dissolvant express, the ultimate fight !

Parce que dans la vie il n’y a pas que le droit fiscal et l’affaire des poulets belges, j’ai testé le nouveau dissolvant Bourjois, alléchée par la perspective de remplacer le bain dissolvant de Sephora qui me fait des ongles mous et dédoublés en plus de puer – et c’est là que réside l’argument majeur du dissolvant Bourjois : une odeur de fruits rouges et de vanille.

C’est à dire que voyez-vous, je suis dotée d’une autorité maternelle pleine de cohérence, de rationalité et de logique, ce qui nous permet (à toutes les deux) d’avoir des conversations de ce type :

– Anna, j’ai fermé la porte de ta chambre, ton dissolvant pue l’acétone et je ne supporte pas l’odeur !
– M’man, ça peut pas puer l’acétone, c’est un dissolvant sans acétone …
– Oui mais ça pue l’acétone !
– Mais Maman, Y’A PAS d’acétone ! Comment veux-tu que ça pue l’acétone s’il n’y en a pas ?
– Oui mais l’odeur de l’acétone m’incommode …
– MA-MAN-Y’A-PAS-D’A-CÉ-TO-NEUH-DANS-MON-DI-SSOL-VANT !
– Oui mais l’odeur m’incommode …

(Si vous voulez rigoler encore un peu, sachez également que je suis dotée d’une autorité paternelle qui m’a sorti « humpf tu pues la clope » quand j’avais testé un parfum de Lolita Lempicka – techniquement, je devais sentir la réglisse.)

Bref, vous voyez le genre (c’était pour que vous compreniez bien que je n’ai pas bêtement cédé aux sirènes du marketing, et que je n’ai acheté ce bain dissolvant que dans une optique de pacification du Moyen-Orient familiale).

Pour ce qui est de l’odeur, ne faites pas comme moi : ne vérifiez pas en collant votre nez dans le pot de dissolvant, ça ne servira qu’à vous atomiser les sinus. En revanche, à l’utilisation, on sent effectivement une odeur de vanille (guère de fruits rouges pour ma part), pas d’odeur de nature à compromettre les excellentes relations que j’entretiens avec l’autorité parentale – ce qui a son importance, puisque quand le bain est usagé, il suffit d’essorer l’éponge, de la laver, de l’imbiber de dissolvant Bourjois vendu en bouteille (dont la composition a l’air identique à celle du dissolvant initialement utilisé dans le bain), et vogue la galère.

Pour le reste, je trouve l’éponge moins « abrasive » que celle du Sephora, les doigts et ongles restent plus doux (il y a apparemment de l’huile d’amande douce dans le dissolvant) – voire légèrement gras si on ne les essuie pas (sans non plus avoir l’impression d’avoir mis les doigts dans un bac à frites) ; pas d’ongle cassé, dédoublé ou mou pour l’instant … Quant aux prix, le Bourjois est légèrement plus cher que le Sephora (9€ contre 7,90€) pour la même contenance, mais il me semble que les bouteilles de dissolvant Bourjois sont moins chères que les Sephora – in fine, on s’y retrouve. Bref, le bain Sephora a pris la direction de la poubelle, Big Marvelous Bath a vaincu Bad Evilous Dissolvant.

Publicités

6 réflexions sur “Bain dissolvant miraculeux vs Bain dissolvant express, the ultimate fight !

  1. Perso j’ai la peau hyper fragile et seche, alors même le bourgeois, je suis presque sûre que ca me flinguerait le bout des doigts! ce qui est dommage car ca a l’air bien pratique!

    J'aime

    • Arf, pas de chance … Et puis je ne sais pas si tu pourrais le trouver à Londres ? Et oui c’est très, très pratique, je n’utilise quasiment plus de dissolvant avec un coton depuis que je connais ça 🙂

      J'aime

  2. Jamais testé ce type de produit. J’avoue que je n’ai toujours pas vraiment saisi ce qui change par rapport à un dissolvant « lambda ». De toute façon, je ne me vernis les ongles que très rarement (En bonne ex-rongeuse, c’est très difficile pour moi de garder les 10 en parfait état. Paradoxe: J’ai commencé une sorte de collec’ de vernis variés (qui a dit importables?): paillettes (sans doute mon côté bling-bling refoulé, qui sait…), bleu nuit, vert fluo, orange, rose flashy, tout y passe. Je crois bien que c’est compulsif ou alors uniquement par attrait pour les couleurs. 🙂

    J'aime

    • En fait l’avantage, c’est que tu n’utilises pas de coton, donc si par exemple tu as un accroc à un doigt => hop, dans le pot, et sans risque de flinguer un ou deux autres doigts à cause du coton à tenir ! Et quand tu enlèves le vernis, ça ne file pas sous les ongles, ça ne laisse pas de traces … En somme, c’est beaucoup plus pratique qu’avec le coton imbibé de dissolvant (surtout quand tu utilises du vernis foncé).
      J’avais aussi une sacrée collection de vernis, mais j’en ai jeté une bonne moitié, des couleurs que je ne portais plus :/

      J'aime

  3. Je porte rarement du vernis, mais je sais maintenant quel dissolvant choisir pour protéger mes ongles ! Bises 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s