A red lipstick is a girl’s best friend

Je me suis récemment mis en tête de trouver un rouge à lèvres, mais pas n’importe lequel : LE rouge ultime, celui que je pourrais mettre pour aller travailler, acheter mes Pom’potes ou juste pour les jours où j’ai envie de me maquiller mais le mascara c’est long à enlever (le soir, ça fait environ deux minutes de retard sur mon heure d’enfouissement sous la couette, un drame). Et comme je suis une jeune femme autonome à tendance indépendante, j’ai demandé à ma mère de m’accompagner et de me conseiller (et tant qu’à faire, j’ai profité de ses 20% de réduc’ chez Marionnaud) (mais c’est elle qui m’a proposé d’abord, je ne suis pas comme ça).

Si je vivais une autre vie ç’aurait pu être une petite sortie mère/fille sympa, sans prétention, on aurait essayé quelques rouges en rigolant plus ou moins, on aurait disserté de la différence entre le rouge truc et le rouge môchin, avant de régler nos emplettes et de rentrer chez nous d’un pas ferme et dynamique, le vent soufflant dans le bon sens dans nos cheveux.

Sauf que dans ma vraie vie, ça a mal commencé quand ma mère est venue me chercher au boulot et qu’elle a discuté avec ma cheffe. Blablabla, « on va chercher un rouge à lèvres pour Anna » « ha bon, tu la conseilles ? » « Mais oui, mais oui ! » « Aaaahhh, c’est pour ça qu’elle est toujours si bien habillée ! Moi qui croyais que c’était naturel, huhuhu ! » Ma cheffe, donc, qui rappelons-le, était il n’y a pas si longtemps à deux doigts de créer une page Facebook « pour qu’Anna démissionne et débarrasse enfin le plancher ». Huhuhu.

Bref, l’autorité maternelle et moi finissons par décoller direction Marionnaud, y entrons et examinons quelques rouges – trop rose, nan trop foncé, bof trop de paillettes, pas mal mais ça me vieillit trop … Quand soudain surgit face au vent, la véritable héroïne de tous les temps : la conseillère Marionnaud. À qui ma mère explique la situation « et votre fille, elle le veut comment son rouge ? » (allô, je suis juste à côté, tu peux me parler directement). Blablabla, ha tenez celui-ci il est pas mal (oui non mais trop rose), et celui-ci, cerise ? Non il est trop foncé, je vais me prendre 10 ans directement, oui mais il est assorti à votre vernis, oui je sais mais j’ai déjà le Rouge Noir en vernis et en rouge à lèvres et je ne le mets jamais parce qu’il ne me va pas, celui-ci alors ? Non il est trop foncé aussi, oui c’est sûr c’est plutôt pour le soir, oui mais moi j’en veux pour le quotidien, ha alors regardez chez Dior il y a celui-ci, oui c’est celui que j’essayais, tenez asseyez-vous je vais vous le faire tester.

Je me suis donc assise.

Sur la chaise à maquillage.

Celle sur laquelle personne d’autre ne m’avait jamais fait asseoir (je n’ai pas besoin de t’expliquer pourquoi, toi-même tu sais ou t’en doutes).

Bref, je m’y assieds, la conseillère m’explique qu’elle va utiliser un crayon, blablabla, mettez vos lèvres dans cette position, et … Elle a crayonné.

Beaucoup.

Pas beaucoup sur ma bouche, si tu vois c’que j’veux dire.

Après elle m’a mis le rouge à lèvres.

Beaucoup sur ma bouche.

Beaucoup pas sur ma bouche, aussi.

C’est là que j’ai compris que j’étais en train de me faire maquiller par une fan de SAS. (Tu ne connais pas SAS ? Tape « mon blog de fille » dans Google, mais ne reviens pas me coller un procès si tu es victime de stress post-traumatique) (sinon tu peux directement regarder ici à 20:32 pour avoir une idée de ce que la convention de Genève n’avait pas prévu) (et tu peux aussi regarder ça si tu as un peu de temps consacrer à une étude scientifique)

Enfin bref.

Après quelques minutes de torture labiale, un regard … dubitatif de ma mère et un air de détresse profonde que j’ai tenté de masquer de mon mieux, j’ai enfin pu voir le résultat, qui valait le meilleur des CV pour postuler chez Michou. Il a fallu que j’explique à la conseillère que quand je dis que je veux du rouge, je parle de la couleur et pas nécessairement de la quantité à me tartiner dessus, elle a fait « oh », m’a fait estomper un peu le tout avec un coton – ça allait déjà mieux. (Elle a aussi essayé de me vendre un crayon à lèvres, j’ai dit non parce que ça fait trop graphique alors que je préfère un effet plus flou (moi aussi je lis des blôgs beautééééé), ma mère a dit qu’un crayon de la couleur de ma peau c’était mieux, j’ai fait oui oui j’ai encore celui que tu m’avais donné alors que bon, c’est même pas vrai, mais je voulais juste sortir de ce traquenard) (jamais je ne mettrai de crayon à lèvres, JAMAIS !)

Et donc après toutes ces aventures, j’ai un siouper rouge à lèvres, avec lequel je vais pouvoir choubidouwi comme ci

et choubidouwa comme ça

Publicités

15 réflexions sur “A red lipstick is a girl’s best friend

  1. J’ai un peu de mal avec le rouge à lèvres : après m’en être mis, je ne vois plus que ça lorsque je me regarde dans une glace ! Du coup, je préfère me maquiller les yeux, et juste les yeux…
    La séance maquillage en parfumerie ou en institut, dont tu ressors en ressemblant à tout sauf à toi-même, j’ai déjà donné, alors j’imagine très bien 🙂
    Et merci pour le lien sur le parfum… il s’agit d’un grand moment philosophique, c’est absolument fascinant, j’en reste sans voix !!!

    J'aime

    • Oui mais les yeux sont plus longs à démaquiller 😀 ma mère met souvent du rouge à lèvres, je pense que ça m’a aussi influencée 🙂
      La vidéo sur le parfum est génialissime … Et puis ce headband ! ^^

      J'aime

  2. C’est très difficile de trouver le bon rouge à lèvres. J’en ai testé des dizaines avant d’en trouver un qui me ravie. Merci pour ce billet très agréable ! Tu es douée pour raconter tes mésaventures quotidiennes, j’adore ! Bises 🙂

    J'aime

    • Là j’en ai testé trois, mais je ne compte pas ceux que j’ai achetés et qui ne me vont finalement pas 😀 Mais là je suis contente, c’est un joli rouge lumineux, et qui ne me transforme pas en poupée.
      Merci pour ce joli compliment 🙂 Bises et bon dimanche !

      J'aime

  3. J’aime beaucoup porter des rouge à lèvres maintenant! J’en ai deux qui sont très chouettes 😀 Ma mère m’a également dit qu’il me fallait absolument un crayon, sinon le rouge allait baver etc… Je ne m’en sers pas vraiment pour l’instant. Tssk!

    J'aime

    • J’en suis à six rouges à lèvres portables, youhou ! J’ai mis un peu de crayon vendredi dernier, mais je ne pense pas en mettre à chaque fois (enfin de toutes façons il est à ma mère, au pire je pourrai le lui emprunter si *vraiment* ça s’avère indispensable !).

      J'aime

  4. OH ! Cette dédicace (mais oui je sais que c’est pour moi, t’as oublié que j’étais qu’une égoïste superficielle ou quoi) à mon amour transcendé de paillettes pour Nicola Sirkis dans ce billet m’emplit de joie, de bonheur ! J’avoue même que je … fuh … je suis émue.
    Plus sérieusement, j’ai horreur des essais maquillage en magasin … (tu me diras faut bien essayer avant hin.) Une fois, j’ai fait une session « photoshoppage de teint Benefit », j’ai eu peur. Sinon comme rouge, j’ai un de chez Rouge Baiser. Mais il est chez ma maman et je ne me souviens plus de la teinte exacte. Mais il est cool. Je l’aime. (et j’ai même pas besoin d’en remettre, il survit aux concerts de fifous et tout.)

    J'aime

    • Mais bien sûr que c’était pour toi (sans déconner en plus) !
      Tu m’avais donné la référence du Rouge Baiser il me semble, le même qu’Eva utilisait, non ? Parce que je l’avais acheté, mais il est un poil foncé pour moi – plutôt pour le soir, du coup. Le mien tient pas mal aussi (même s’il n’a pas trop résisté au copain à la fin de la journée, mais bon ça …)

      J'aime

    • Ah oui maintenant que tu l’évoques, il me semble aussi que c’est la même teinte que celui d’Eva. Ayant un visage très pâle et ayant toujours la flemme de me maquiller (le combo teint/poudre/mascara c’est déjà le grand luxe pour moi.) ça fait tout de suite une accroche sur ma bouche magique. (et il a survécu à Nicola Sirkis. Oui encore lui. Je suis obsédée en ce moment.)

      J'aime

    • Ah mais il rendait très bien sur vous deux, sauf qu’étant blonde (en temps normal) aux yeux bleus, ça fait de suite poupée figée, spa top top – en chargeant plus les yeux ça passe par contre.
      On a vu pire, comme obsession 😀

      J'aime

  5. Pingback: Diamonds are forever | The sauce of my spaghetti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s