Lundi j’ai enfin reçu mon parapluie …

… celui commandé le 24 janvier, qui n’était plus disponible, du coup j’en ai commandé un autre, un mail, quatre appels au service client et six semaines d’attente plus tard, j’ai reçu le modèle de substitution.

 (Ce dont j’attendais la venue de tout mon être)
.

Alors quand ma mère m’a dit que j’avais du courrier et que j’ai vu l’expéditeur, mon coeur a fait un salto, ma cellulite a frétillé d’allégraisse, mes mains ont tremblé, j’ai arraché l’enveloppe et le papier bulle avec les dents et enfin, ENFIN j’ai sorti mon présssssssieux.

Qui était jaune et noir.

Au lieu d’une sorte de blanc cassé et noir.

Moche.

Laid.

Affreux.

Horrible.

 (D’accord, il n’est pas si jaune que ça )
.

J’aurais pu pleurer tu vois, mais je ne l’ai pas fait parce que tout le monde sait que les grandes douleurs sont muettes, et que la mienne était tellement immense qu’elle en était indicible, indescriptible et c’est pas peu dire quand on sait à quel point j’aime râler et me plaindre.

Non mais le parapluie sur lequel j’avais tant fantasmé depuis cinq semaines, quoi.

Celui avec lequel je m’imaginais déjà, déambulant sous la pluie strasbourgeoise, élégamment protégée par cette jolie toile qui viendrait compléter efficacement mon upgrading de garde-robe et dédramatiserait en même temps une tenue trop preppy-stricte-premier-degré, celui grâce auquel je pourrais faire comprendre d’un seul regard aux autres personnes que de sous cet accessoire, quarante siècles d’élégance vous contemplent. J’aurais été cette fille cool dont tout le monde admire le parapluie, sans savoir d’où il peut provenir (sauf s’ils l’ont commandé, attendu cinq semaines et renvoyé parce qu’ils l’ont trouvé moche, mais écartons si vous le voulez bien cette hypothèse farfelue). Il aurait tellement envoûtant qu’il aurait volé la vedette à ma zone T, le genre qui aurait fait sortir Audrey Hepburn de sa tombe pour valider mon choix d’un gracieux mouvement de la tête, avant de s’en retourner reposer en paix, assurée de la qualité de sa relève.

My precious.

.

.

.

.

*sanglots*

.

.

(En fin de compte et après consultation de la Haute Autorité Maternelle de lutte contre les Désespoirs Affreux et Horribles, j’ai décidé de garder ce parapluie jaune au lieu de blanc cassé, qui m’a sauté des mains quand j’ai actionné le mécanisme d’ouverture, hein si ça c’est pas un signe ! Et qui au passage a une poignée bien trop petite pour être confortablement ouvert d’une main. Mais la HAMDAH a parlé, alors je m’incline)

Publicités

20 réflexions sur “Lundi j’ai enfin reçu mon parapluie …

    • J’aurais pu, mais les autres parapluies qui me plaisaient étaient dans les mêmes coloris, nettement plus chers – et je n’avais pas envie d’attendre encore six semaines … Et comme le mini parapluie que j’avais n’est plus très opérationnel, j’ai conservé celui-ci (après tout, la Belle a bien fini par aimer la Bête, je ne perds pas espoir :D)

      J'aime

  1. Oh que je comprends ta douleur … * tap tap sur l’épaule *

    (t’as vu j’ai découvert la fonction « aimer un post » pour quand j’ai rien d’intelligent à dire. Alors comme ça, je te dispense mon amour et je ne dis pas d’ineptie ! Vive la technologie madre de dios !!)

    J'aime

    • Eeeeet … le grand prix 2012 en innovation-découverte informatique et technologique revient à … DELILAH DAHMER ! Delilah, sous vos applaudissements Messieurs-Dames ! 😀

      (Merci pour ta compassion *se mouche*) (et j’adore tes inepties, faut pas croire !)

      J'aime

    • Rigole pas, ça a changé ma vie ! Bon et d’accord parce que c’est toi, j’aimerai tes posts ET je raconterai des bêtises. Mais c’est juste parce que c’est toi hin. Genre privilégiée toussa toussa.

      J'aime

    • Bien, bien, j’arrête de rire 😀
      Bon allez, j’adore être privilégiée mais que ce ne soit pas une corvée, de toutes façons je sais que tu m’aimes et que je suis ton idéal de blogueuse 😀 (mes chevilles ? Au top :P)

      J'aime

  2. Je dois avouer que c’est l’un des articles qui m’a fait le plus rire! Ca fait un petit moment que j’ai découvert ton blog, qui est, soit dit en passant, plutôt divertissant, et j’aime beaucoup comme tu écrits et rends les moindres détails de ta vie palpitants. Chapeau pour ces écrits amusants, c’est un plaisir de te lire 🙂

    J'aime

  3. Je le trouve plutôt pas si mal que ça, ce parapluie ! Franchement, s’il ne te plaît pas, au lieu de le mettre à la poubelle, n’hésite pas à me le refiler, j’en prendrai bien soin !

    Et puis le jaune t’amènera du soleil à travers la pluie…

    J'aime

    • Rassure-toi, je ne jette pas les objets neufs qui peuvent être renvoyés et remboursés (je n’ai, hélas, pas encore épousé de millionnaire ;))
      Je te mets sur liste d’attente, ma mère m’a proposé de me le racheter si vraiment, il m’était psychologiquement insupportable de l’utiliser 😀

      J'aime

  4. Pingback: Dites, vous vous souvenez de mon parapluie ? | The sauce of my spaghetti

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s