Miss Pesanteur, non-épisode 5, ou « il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville »

Depuis trois semaines que les cours ont repris, je sais que vous grillez d’impatience de retrouver Miss Pesanteur, héroïne de la saga-fleuve éponyme du premier semestre.

Et pourtant, mes amis, il me faut vous décevoir …

Miss Pesanteur me boude.

Miss Pesanteur me snobe.

Miss Pesanteur ne s’assied plus à côté de moi en cours.

Miss Pesanteur ne me fait plus profiter de son enseignement par le biais de vérités métaphysiques sur la vie.

Bref, en un mot comme en cent, Miss Pesanteur ne m’aime plus, pour une raison qui m’est inconnue (ou alors, des personnes bien intentionnées lui ont fait lire mes odes à sa personne, et elle a décidé de me punir de la plus cruelle des façons) (et de vous punir par la même occasion, vous qui l’aimiez tant).

.

Je tente de me reconstruire sur les ruines de cette merveilleuse relation qui n’est plus, telle la cité d’Ys submergée par les vagues meurtrières et qui jamais, jamais ne revit le jour ni ne fut reconstruite, jamais plus je ne pourrai voir la lumière, avoir chaud ou ressentir la moindre joie tant que Miss Pesanteur me snobera.

(Bon, elle m’a quand même tapé la bise la dernière fois, mais c’est parce qu’elle n’avait pas trop le choix. Des fois, il faut savoir ne pas trop exciter un karma déjà mal en point par des sorties ciné tendancieuses avec le mec d’une de ses copines.)

Ceci dit, j’ai quand même quelques petites nouvelles pour vos âmes perdues en pleine obscurité : Miss Pesanteur s’est pointée en cours coiffée comme ma copine Clara de 4è Jaune quand elle avait une compét’ de GRS ( = avec des petites tresses qui partent du front et s’arrêtent après une dizaine de cm), je l’ai vue faire amie-amie avec M., aussi ma copine de 4è Jaune mais qui elle, est toujours coiffée de la même manière (mais sans tresse) depuis presque 10 ans (celle qui est la fille d’un facteur bien à gauche et anti-clérical MAIS qui avait scolarisé sa fille dans une école privée catholique), M. donc, qui n’a plus l’air d’être copine avec M. bis la catho tradi moustachue (elles avaient pourtant l’air inséparables au premier semestre. Comme quoi, les voies du Seigneur …) .

Je sais.

Toi aussi tu pleures en pensant ô combien mon semestre eût pu être merveilleusement potinesque sans cette brouille.

Publicités

6 réflexions sur “Miss Pesanteur, non-épisode 5, ou « il pleure dans mon coeur comme il pleut sur la ville »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s