Mon père m’a remise au sport.

Je pourrais me contenter de ce titre à la fois succinct et ô combien évocateur de souffrances jamais exprimées, mais comme j’aime bien m’écouter parler et vous en faire profiter, vous allez avoir droit à l’intégrale de ma première séance de sport depuis … ouais, au moins tout ça (oui parce que samedi je goûtais tranquillement tandis que mon père essayait de me gaver de brioche – j’en étais à peine à la moitié du premier morceau qu’il voulait déjà m’en couper un autre – quand il a exprimé la crainte que, par manque de sport, je devienne sédentaire. Sédentaire. Moi qui prends l’ascenseur deux fois par an et qui fais presque tout à pieds. Du coup il a proposé de m’aider à me remettre au sport dès hier matin, et comme mon Challenge 2012 sous le haut patronage de Cécile est de raffermir mon popotin en berne, j’ai accepté).

Dimanche matin, donc.

 (Séance d’abdos)

Tout commençait bien : l’instance paternelle devait me réveiller vers 7h45 pour un départ à 8h, quand à 7h44 je l’ai entendu sortir de l’appartement. Youkaïdiyoukaïda, si ça se trouve il a oublié qu’il devait me réveiller ou il a cru que j’avais changé d’avis ! Ou alors, il s’est réveillé plus tard que prévu et il est sorti acheter du pain. Hhhmmm. Mais keumême, ce serait chouette qu’il soit parti sans moi, parce que je suis bien sous ma couette, moi, et dehors il fait FROID. Oui mais bon, j’avais dit qu’en 2012 je me remettais au sport, va bien falloir que j’arrête de me défiler. N’empêche que … oh merde il tape à ma porte, faisons semblant de dormir et de nous réveiller à peine !

Ha. Il va prendre son petit déj’, j’ai un peu de répit.

8h15, je sors de mon lit, je cherche mon fuseau. Je fouille mon armoire, pas de fuseau, j’enfile mon survêt’, je trouve mon fuseau, j’enlève mon survêt’, j’enfile mon fuseau, soutien-gorge de sport, T-shirt, sweat, lentilles, un coup d’eau froide sur le visage, mon soutien-gorge censé être un peu juste est en fait trop grand (bis repetita, tout ça tout ça), j’enlève mon sweat, mon T-shirt et ma brassière, je chope un autre soutien-gorge de sport, je renfile le tout, chaussettes, baskets, on sort, et … OH MON DIEU PAPA IL NEIGE !

Non mais je veux dire, il neige, quoi ! Ca va mouiller et salir mes cheveux (OK, la transpiration aussi mais c’est pas une raison), en plus j’ai pas mis de crème avant de sortir donc la peau de mon visage va morfler, j’ai même pas mis de baume à lèvres tellement je pensais qu’il allait faire 10° comme tous les jours, et tu veux me faire courir/souffrir/mourir par ce temps ? Toi, mon père, mon géniteur, qui me tenais dans le creux de ton bras alors que je n’étais qu’un pot de fleurs bébé gazouillant déjà sédentaire ? N’as-tu donc point de coeur ?

Non ?

Bon.

 (Lever de poids)

Je vous passe les détails atroces de mon délicat épiderme exposé au froid et à la neige, de mes muscles pas si sédentaires en fin de compte (yallaaaaaa !), le mouchoir que j’avais oublié de prendre (mon père a bien tenté de m’apprendre à me moucher sans mouchoir, mais je suis trop délicate donc j’ai préféré utiliser mes manches), malgré toutes les épreuves physiques subies, J’AI SURVÉCU, tout ça pour finir par rentrer prendre mon petit déjeuner et entendre ma mère dire « oh tiens, il neige ! ».

.

Nan.
.
Sans déc’.
.
On savait pas, dis donc.

.

(Et vous pouvez toujours participer au concours-cadeau-surprise !)
Publicités

13 réflexions sur “Mon père m’a remise au sport.

  1. Mais c’est horrible… En fait ton père est un tortionnaire! Même pas vous avez fait une bataille de boules de neige à la fin? Et toutes les calories que tu as perdu en courant tu les as repris ensuite avec un chocolat chaud pour te réchauffer?

    J'aime

    • Disons que si je fais ça *après*, mon repas a tendance à ressortir par là où il est entré … Même une barre de céréales c’est presque trop (et crois-moi, j’ai tout essayé)

      J'aime

  2. J’apprécie beaucoup le passage sur l’art de se moucher sans mouchoir… Je le fais souvent quand je suis en vadrouille en vélo. J’appelle ça « vider ses morvines ». Le geste est assez viril, j’aime.
    Sinon bravo pour l’effort. C’est bien la preuve qu' »avec de la volonté, le rêve devient réalité » (Theodor Herzl, L’Etat d’Israël).

    J'aime

    • Ouhhhhhhhhhhhh la honte elle arrive pas à se moucher dans le vide !!!
      Bon, ceci dit, je vais pas trop la ramener passke moi je me serais pas levé à 8h un dimanche pour aller faire un footing sous la neige.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s