Christmas is all around you …

Comme vous le savez sûrement (sinon, allez réviser les Annales de ma Vie, je ne veux que des lecteurs au fait des moindres détails de ma passionnante existence), j’ai la chance, le privilège de vivre à Strasbourg depuis presque une dizaine d’années. Et, vous l’aurez vu venir de loin, Strasbourg en décembre signifie (presque) automatiquement Marché de Noël. Et comme je suis une jeune personne tout à fait intrépide et au caractère aventurier, pour la première fois depuis bien longtemps, je me suis plongée au coeur du Marché de Noël. Il faut savoir que le Marché de Noël est devenu un peu particulier, puisque le maire a souhaité en faire une attraction moins commerciale, revenir aux origines alsaciennes de l’événement. Il a donc fait interdire la vente de churros il y a deux ans puisque ce n’est pas alsacien, par contre vous pouvez toujours acheter des pizzas sur baguette ou des fontaines zen (je suis sincèrement heureuse de savoir que quelque part en France, il existe quelqu’un d’aussi (peu) logique que moi).

Mais cessons d’être mauvaise langue (surtout moi en l’occurrence), et plongeons au coeur de cette aventure à nulle autre pareille (un jour j’écrirai les discours de Ségolène Royal et on rigolera bien toutes les deux).

Le couple en balade romantique
Vous les connaissez forcément, ces deux-là, ce sont les mêmes qui trouvent hyper excitant de se rouler des pelles devant les radis au supermarché. Sauf que là, ambiance festive oblige, ils s’arrêtent toutes les deux secondes pour s’émerveiller et roucouler de concert devant un petit bonnet « troooop mignon » de père Noël, made in Taïwan et garanti 100% acrylique. Ils se tiennent par la main, refusent de se lâcher même lorsqu’une horde de touristes asiatiques dopée au Guronsan leur fonce dessus, et partagent une même gaufre au Nutella en se bécotant entre deux bouchées. (Je ne comprendrai jamais le couple romantique : petitun je ne partage pas mes gaufres, petideu comment, mais comment ?! peut-on préférer s’embrasser à la dégustation d’une gaufre à 4,50€ qui refroidit traîtreusement pendant ce temps ?)

La mère de famille névrosée et anémiée
Celle dont les rejetons ne s’échappent pas grâce à la foule compacte qui empêche toute progression à une vitesse supérieure à deux pas/minute, celle qui ne voit pas en quoi prendre un maxi-landau aux heures des pics de fréquentation du Marché est une fausse bonne idée, celle qui, enfin, estime que si sa progéniture écrase quelques pieds, ce n’est pas bien grave, Madame enfin vous pourriez vous pousser pour laisser passer les gens ! La MFNA, meilleur contraceptif disponible sur le marché.

Le groupe de touristes étrangers
Je vous arrête tout de suite, je n’ai rien contre les étrangers. Non, là où j’ai du mal, c’est avec les groupes de touristes étrangers (les touristes français aussi, d’ailleurs), ceux qui restent plantés par grappe de trente dans l’allée déjà pas très large, qui se meuvent d’un commun mouvement et n’envisagent de se désolidariser que pour remonter dans leur bus (visiblement, faire la queue pour des gaufres en file indienne ne leur traverse pas l’esprit). Parfois, il arrive qu’une lueur de raison traverse l’esprit d’un touriste, qui se met alors à alerter ses camarades à grands coups de « Hans ! Sie will durch ! » Jaja, ich will durch, und ich möchte que tu bouges tes fesses un peu rapidement, s’il te plaît merci. (Je ne vous ai pas dit ? Le Marché de Noël est sur mon chemin pour aller travailler et rentrer chez moi, et je refuse de rallonger mon trajet de dix précieuses minutes à l’aller et autant au retour pour des péquenauds sans aucun sens pratique).

Le badaud lambda
Contrairement à ce que j’ai pu sous-entendre dans les catégories précédentes, le badaud lambda est peut-être le pire de tous les visiteurs du Marché de Noël. C’est celui qui erre au gré de son inspiration, qui s’arrête brusquement de marcher, ou qui zigzague en vous coupant régulièrement le chemin parce que franchement, quel est l’intérêt de marcher en évitant de gêner les gens ? Aucun, c’est évident. Le badaud lambda, impersonnel, a été créé un jour de mauvaise humeur divine, histoire de pérenniser un peu les sept plaies d’Egypte mais sans trop avoir à se fatiguer, puisque ça se renouvelle tout seul.

La blogueuse aigrie et frustrée
Tellement aigrie et mauvaise langue qu’elle veut faire croire que le badaud lambda est le plus casse-pieds de tous les énergumènes s’aventurant dans son espace vital, la blogueuse aigrie et frustrée n’a, c’est bien connu, qu’un seul but dans la vie : critiquer les autres. C’est avec ce seul objectif en tête (ou presque) qu’elle va au marché de Noël, son oeil acéré ne faisant aucune concession aux pauvres mortels s’y trouvant par hasard en même temps qu’elle. Oh, elle n’en a pas l’air, comme ça, avec son petit béret sur la tête et son caban, elle a l’air toute gentille et soupire à peine d’un air exaspéré quand un énième môme la bouscule, elle ne prend aucune note dans un quelconque carnet ; et pourtant elle est là, passant la populace aux rayons X, avide de critiques, préparant quelques piques qu’elle pourra placer dans son article, observant, analysant, décortiquant, le pouce perpétuellement baissé dans une arène dont elle seule a connaissance.

NB à l’usage des touristes demandent où se trouve la place Breuil : dans 99% des cas, c’est celle sur laquelle vous vous trouvez. Sauf que ça s’appelle la place Broglie. Et que c’est rigolo de vous laisser croire que cette place n’existe pas (krrrrkrrrrkrrrr).

Publicités

14 réflexions sur “Christmas is all around you …

  1. Ah quel billet croustillant! J’adore ton humour ironique 😀 Je suis bien heureuse de constater que je ne suis pas la seule à être gentiment exaspérée par tout ce petit monde!
    PS Et si je peux ajouter, ce sapin est grandiosement sublime (oui, oui), bien plus beau que quand je l’ai vu au reportage TF1 spécial « ohmondieuondoitfermerlemarchépourcausedetempête-attentionausapinquirisquedetomber (mais qui bizarrement est encerclé en son pied par des gens qui feraient mieux de se tailler en vitesse – soit) ».

    J'aime

    • Merci 😀
      Oh je ne savais même pas qu’il y avait eu un reportage, quand je suis passée dans le Marché ce jour-là je me suis bêtement dit « ah pour une fois qu’il n’y a pas trop de monde, c’est bien agréable ! » Je n’avais pas tilté sur le rapport avec la tempête ^^

      J'aime

  2. J’adore, mais je ris jaune. Figure toi que par chez moi, soit bien plus au sud que chez toi, on a aussi un marché de noël, qu’il me faut traverser dès que je vais en ville, et les énergumènes sus-cités me les brisent menu menu…

    J'aime

    • Ah, les couples gnangnan … le pire c’est quand ils se roulent des pelles de folie au supermarché, au rayon PQ ou dans le genre … J’ai jamais compris le pouvoir érotique d’un lot de papier WC en promotion -_-

      J'aime

  3. Eh eh… J’ai pratiqué moi aussi un marché de Noël alsacien, hier… Mais pas celui de Strasbourg… C’était à Colmar et… ben… Pareil, quoi. Quel manque d’originalité ! Le touriste est bête, non ? Pourquoi se comporte-t-il invariablement de la même stupide façon partout où il pose le pied ???

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s