Miss Pesanteur (la suite) (enfin, plus probablement l’une des suites)

Alors que paraissait il y a quelques jours ce fantastique billet sur Miss J’ai-Les-Nichons-Près-Du-Gazon, elle a remué ciel et terre pour lui donner une suite ( = elle a été pire que d’habitude).

.

La routine

– Alors, t’as vu ton copain, récemment ?

– Ouais, y’a une dizaine de jours, j’ai passé le week-end chez lui, pourquoi ?

– Ah nan, comme ça. Mais t’as pas peur que vous tombiez dans la routine, vu le temps depuis lequel vous êtes ensemble ?

.

Oh. My. God. Le mot fatal, celui qui fait trembler, qu’on apprend aux adolescentes à redouter, le Voldemort du couple a été prononcé : la routine (j’ose à peine l’écrire).

Routine : n.f., désigne un ensemble d’habitudes (ou l’une d’elles) et évoque la monotonie (exemple : caissier) (Source : Wikipédia).
Je suis donc déjà tombée dans la routine puisqu’au quotidien je porte principalement les mêmes chaussures, que j’ai mon modèle de jeans préféré en différents coloris, que je n’apporte que des canettes de Coca Zéro en cours, que je prends le tram au même arrêt …

Lynchez-moi, fouettez-moi, écartelez-moi, éviscérez-moi, je suis une monotone fille routinière, on va tous mourir (enfin, surtout moi apparemment).

.

Mais vois-tu, lectrice, lecteur à la vie passionnante, trépidante, au mille péripéties quotidiennes, je suis une courageuse guerrière, une samouraï du XXIè siècle, parce que j’ai répondu ça à Miss Pesanteur :

– Non mais tu sais, ça ne fait pas si longtemps qu’on est ensemble (très exactement 15/269èmes de ma vie), et puis bon la routine … ça va, quoi. Je suis pas hyper fêtarde, et j’aime bien passer le week-end à buller, à lire ou regarder des séries, donc bon … Et puis lui c’est pareil, il aime bien ça aussi, du coup y’a pas trop de souci de routine, c’est limite si elle ne s’est pas installée depuis le début.

– Ah ouais, vous êtes des gros geeks, quoi !

.

Ah oui c’est vrai, je suis geek, j’avais oublié. (Grosse par contre, HUM. Voilà, quoi. Je te rappelle que le dernier top que j’ai acheté et qui me va parfaitement était en taille S.)

Non mais franchement, geeks et amoureux, où va le monde ?

.

.

Les lentilles

– Au fait, tu m’avais bien dit que tu portes des lentilles ?

– Oui, ça fait quelques années, pourquoi ?

– Ben passke j’en essaye depuis plus d’un mois, et je me demandais : on m’a dit de ne les porter qu’un mois, là ça fait un peu plus, tu crois que je peux les garder encore ?

– … … … Enfin si on te dit de les mettre un mois c’est pour une bonne raison, après elles se déforment un peu, et puis au niveau de la décontamination par le produit ça se fait moins bien, y’a quand même plus d’un mois de poussière et de saletés qui restent malgré le produit, tu peux les garder quelques jours de plus mais y’a un moment faut quand même en changer …

– Ah oui j’ai remarqué la dernière fois, elles sont plus souples, j’ai plus de mal à les mettre et y’en a une qui est même restée collée à mon oeil, j’arrivais plus à l’enlever ! Tu crois que je peux continuer à les porter ? Ou j’en change ? Pour quelques jours c’est encore bon, hein ?

– Bah tu risques quand même de choper des infections, pas forcément hyper graves mais ça peut être gênant, donc si tu peux éviter …

– Ah ouais c’est clair, j’suis hyper sensible aux infections en plus, ça se déclenche pour un rien chez moi !

– Arrête de mettre ces lentilles, alors …

– Ouais t’as raison, j’les enlèverai si je vois que ça commence à s’infecter ou que ça me gêne trop !

.

.

.

Voilà voilà.

Publicités

9 réflexions sur “Miss Pesanteur (la suite) (enfin, plus probablement l’une des suites)

  1. Tu aurais tout aussi bien pu t’abstenir de lui parler des infections dues aux lentilles, histoire qu’elle se chope une grosse conjonctivite et qu’elle soit en arrêt pendant quelques jours (ça te fera des vacances).
    (en fait, elle me fait VRAIMENT penser à la fille que je mentionnais l’autre jour dans l’article sus-cité… T’es sûre que c’est pas la même ?! 😀 )

    J'aime

    • ç’aurait été pire, elle se serait plainte non stop et en plus elle m’aurait enquiquinée pour que je lui file les cours !
      (Si c’était une seule et même personne, ça me rassurerait quant aux possibilités d’extinction de l’espèce)

      J'aime

  2. Ah la la… Quelle boulette (le féminin de boulet, s’entend) !
    Ca me rappelle une anecdote, tiens. Le jour où je suis allé passer ce qu’on appelait alors « les 3 jours », c’est à dire la batterie de tests (en fait concentrés sur une journée) à l’issue de laquelle chaque jeune Français était déclaré apte ou non au service militaire (très vieille anecdote, ça remonte à la fin du XXe siècle). Alors que j’étais là, totalement dépité, encaserné bien malgré moi, pendant la pause déjeuner (car l’Armée savait recevoir ses futures ouailles, si si), j’entends un gars assis pas très loin de moi dire à son voisin : « Si je suis exempté, ça veut dire que je ferai pas mon service ? ». Ca a fini de m’achever. Enfin, presque, car il me restait encore à passer une « visite médicale » mémorable (3 minutes 30 chrono) durant laquelle le médecin me dira sur un ton très martial et solennel : « Vous avez un coeur de patriote »(bouhouhouuuu). Là j’avais un genou à terre. Et le deuxième est tombé quand je suis sorti de la caserne et que le troufion qui faisait le planton à la grille m’a exprimé avec un sourire complice toute sa joie de me voir entrer dans la Famille : « Apte ? Félicitations ! »
    Je vous ai dit que je ne voulais absolument pas faire mon service militaire ?

    J'aime

    • Ouais t’as vu ça ? Comment chui trop fort pour ménager un suspense haletant…
      Rappelons au passage, pour rétablir une certaine vérité, que j’ai bien effectué mon service national, mais en tant qu’objecteur de conscience. Je me suis bel et bien drapé dans le drapeau tricolore, pendant un an, au service de la Société.
      Désolé, on s’éloigne un peu de Miss Pesanteur… Mais comme tu nous a promis qu’on y reviendrait… Sujet inépuisable, ou presque.

      J'aime

  3. C’est dans ces cas-là que je suis presque contente d’être une geek affirmée et donc une no-life et donc une personne pas fréquentable à qui on a pas envie de parler (quoiqu’en ce moment je me sociabilise trop, j’ai trop d’amoureux, je sors trop, je suis en retard sur mes séries et mes jeux ça va pas du tout cette histoire.)

    Tout ça pour dire que je compatis. J’en ai une comme ça, elle croit que je suis sa copine parce qu’une fois je me suis assise à coté d’elle (dernière place libre en bout de rangée, comme ça je peux fuir plus vite), elle me raconte sa vie, bénit les rares paroles que je lui adresse… j’ose pas lui dire « merde » ou « tais-toi » ou lui mettre un coup de boule…

    J'aime

    • Mais je SUIS asociale ! J’aime pas les gens, j’ai pas envie de leur parler, et elle s’incruste quand même ! De toutes façons, ce genre de personnes, tu peux faire ce que tu veux, ça s’accroche quand même …

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s