Touche pas au grisbi, salaud !

(Saurez-vous retrouver la célèbre phrase d’origine ? Hmm ?)

Bref. Tout ça pour vous dire que moi, faut pas me prendre pour une nouille, hein, on ne me la fait pas.

Démonstration.

Constat 1 : samedi soir, je rentre chez moi après avoir passé la journée à Paris avec Isleene, qui a eu la gentille, l’adorabilité de me préparer des cornes de gazelle de ses blanches mains. Ces cornes sont contenues dans un sachet plastiques.

Constat 2 : j’ai posé ce sachet sur un plan de travail de la cuisine.

(photo tirée d’un MMS de Isleene qui a tout compris à mon mode de fonctionnement : par l’estomac)

Constat 3 : dimanche en fin d’après-midi le copain se lève pour aller aux toilettes, sort donc de la chambre pour passer à la salle de bains. Il en ressort pour passer par la cuisine (qui n’est donc pas sur le chemin du retour vers la chambre) (et après on se moque de mon sens de l’orientation, toujours est-il que je ne me suis jamais perdue dans mon appartement, n’est-ce pas), et de la cuisine j’entends le bruit caractéristique du sachet plastique qu’on tripote pour parvenir au contenu. Je hurle « NOOOOOOOOON TU TOUCHES PAS À MES CORNES DE GAZEEEEEEEEEEEEEELLE ».

Constat 4 : le copain revient dans la chambre me faire un bisou, je l’attaque directement à coups de « t’as pas honte sérieux mes cornes de gazelle putain on en a fusillé pour moins que ça Isleene elle les a faites pour moi ». (Bon, en vrai j’ai dit le vrai prénom d’Isleene, hein.) Il a beau nier, son haleine sent la fleur d’oranger et il finit par avouer son forfait, mais juste un p’tit bout j’ai réagi trop vite. Traître.

Constat 5 : quelques quarts d’heure plus tard, je lui offre généreusement une demi-corne pour qu’il voie comme c’est bon. Il adore mais il n’en aura pas plus.

Conclusion : c’est un traître. Il a cherché à me berner, mais ma vigilance n’a d’égale que mon intelligence et ma réactivité.

Nan mais oh, l’autre, pffff.

Publicités

10 réflexions sur “Touche pas au grisbi, salaud !

  1. Ahhhhhh !!!
    Les tontons flingueurs !!!
    Excellent !!!
    Bon, dans le film, la vraie réplique c’est « Touche pas au grisbi, salope », mais je ne doute pas qu’il s’agit ici d’une adaptation, rendue nécessaire pour la compréhension du billet.
    « Et c’est pour ça que je me permets d’intimer l’ordre, à certains salisseurs de mémoire, qu’y feraient mieux de fermer leur claque-merde ! »

    J'aime

    • Note que ce n’est pas pour rien que je fais allusion à la « célèbre phrase d’origine » en début de billet : oui, je connais le film et les répliques cultes 🙂

      J'aime

  2. Magnifique !!!
    J’exulte !
    Mieux, j’éructe de joie !
    Ahhhhh… « L’ironie du primate, l’humour louis-philippard, le sarcasme prudhommesque… »
    C’est un putain de bon film !!!
    J’adore aussi « Le cave se rebiffe »et « Les barbouzes ». Monsieur Audiard, moi je dis : Respect !

    J'aime

  3. Anna E., je t’aime!
    Pour ta citation des Tontons, ET pour ta réactivité face à l’ennemi! Pas étonnant que tu sois devenue réserviste pour l’Armée. Je ne doute pas une seconde que tu puisse faire une belle et longue carrière là-dedans 😀

    J'aime

    • Hé, c’est pas pour rien que j’ai deux médailles, hein ! 😉
      (Mais je sais que tu m’aimes, comment pourrait-il en être autrement ?)

      (Pardon ? Mes chevilles ? C’est la chaleur je crois bien :/)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s