– 299 –

Si on devait me demander de résumer mon stage, je pense que je dirais ça :

9957b000369ac1ffb322358520ba4e79

 

Et donc j’étais là, derrière mon comptoir, à me lamenter sur le temps qui ne passait pas et ce stage ô combien affreux et tout et tout, et le matin même je chouinais sur mon nombril que mon blog était tout mouru etc alors que franchement, on ne devrait jamais laisser un bébé blog tout seul dans son coin parce que je n’ai rien à raconter hormis mes lamentations, et bref vu qu’en général j’aime bien faire les choses à fond, j’étais en train de jouer au Solitaire (plutôt qu’à, par exemple, 2048) (pendant mon stage de l’année dernière, un jour mon chef m’a collée devant un ordinateur et m’a dit « Je t’ai appris tout ce que je pouvais, sauf une chose. Le 2048. » Voilà, maintenant je joue à 2048).

Bref, je m’ennuyais un peu quand un petit Chinois a débarqué, parce qu’il n’arrivait pas à imprimer ses tickets pour je ne sais quel musée, donc il devait nous les envoyer sur une adresse mail mais l’adresse était invalide, donc il voulait savoir si là, c’est bien un « 3 » ?

– Non, c’est un z.
– Un z ?
– Oui, un z !
– Mais c’est quelle lettre ?
– Un z ! La dernière lettre de l’alphabet !
– …
– Le mot, là, c’est Bozo ! collègue.connasse@hotelbozo.com !
– …
– UN ZÈDE ! ZÈDE ! BOZO ! VOUS ÊTES À L’HÔTEL BOZO !
– Oh, un z ! Ah, oui ! Ah, merci !

Gggggggggggnnnnnnnnnnnnnnnnn.Creepy couteau

Ces dernières semaines en (plus ou moins) bref

La première grande nouvelle, c’est que j’en ai fini avec le housekeeping ! Plus besoin de faire la poussière ! Ni de passer l’aspirateur ! Ni de nettoyer la merde des autres !

Et donc, je suis passée en réception – autrement dit, ce que j’appelais de tous mes voeux. Avant de passer huit heures par jour debout en talons et sans clim. Là je pense que j’ai le dessous des pieds complètement aplati, jamais plus il ne sera tout rebondi et confortable, limite je vais demander à bosser allongée sur le côté, histoire d’aplatir un peu ma culotte de cheval. (Je vous dirai ce que ça donne)

Sinon les clients n’ont pas changé, c’est à dire qu’il y a toujours les adorables, les chiants, les cons, les qui ne font pas d’effet, et les qui se la racontent mais se grillent en moins de deux, type ceux qui expliquent en toute innocence avoir réservé une chambre à leur nom, ou qui pensent sincèrement que je vais trouver une réservation à leur PRÉNOM. (Non. On est tragiquement conventionnel, ici. On range toujours les résa par nom de famille)

À part ça on a aussi eu un client super méga VIP en la personne du fils du propriétaire. Du coup ma chef nous a montré une photo de lui pour qu’on ne fasse pas de bourde à son arrivée, et là ma co-stagiaire a dit :

– Ah, OK. C’est marrant, il ressemble à quelqu’un que je connais.

(Toutes les personnes importantes ressemblent toujours à quelqu’un qu’elle connait)

Et bon moi je trouvais qu’il y avait surtout un petit air avec

Capture d’écran 2015-07-16 à 23.17.39

donc j’ai dit en rigolant :

– Aha ouais, il ressemble à Didier Bourdon !
– Je sais pas qui c’est.
– Il faisait partie des Inconnus.
– Bah c’est normal que sache pas qui c’est, alors.

Bon.

D’accord.

Lire la suite

Pour toujours, à jamais, tout ça tout ça

Voilà.

Voilà voilà.

N., ma petite N., a convolé en justes noces avec Monsieur N.

RIP

Mais commençons par le commencement.

Donc, le mariage religieux devait avoir lieu le samedi à 16h ; rentrée le jeudi en début d’après-midi, je me suis bien sûr immédiatement mise à la disposition des futurs mariés pour la mise en place de la salle etc., prévue le vendredi après-midi. (J’ai fait la stagiaire de base, quoi)

Vendredi
Après avoir racketté la voiture familiale et tiré les vers du nez de la future mariée qui s’était mis en tête de me laisser me reposer, j’embarque Louis-Maximilien pour une folle après-midi de positionnement de ronds de serviette.

En théorie.

Parce qu’avec les bouchons et le GPS qui avait décidé de plutôt nous emmener prendre un verre là où Chonchon fait des extras, il nous a fallu une putain d’heure et demie pour faire un trajet qui dure normalement 20 minutes.

Sauf qu’on n’a pas trouvé la salle.

Je veux dire par là qu’à l’adresse indiquée par N., il y avait une clinique vétérinaire.

Lire la suite

Et donc, j’ai eu 26 ans.

Soit le début de la trop courte route vers la trentaine.

Bon c’était cool, plein de gens ont pensé à me le souhaiter, y compris un de mes chefs qui m’a fait :

– Alors, ça te fait quel âge ?
– 26.
– Allez ?
– Si si je te jure, j’ai 26 ans.
– C’est dingue, je te pensais pas si âgée !

Va.

Mourir.

(Bon ça va quand même, il s’est rattrapé en disant deux heures après à Demaclasse – qui a sept ans de moins que moi – qu’il pensait justement qu’elle était la plus âgée de nous deux. MOUAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAA)

Timon dandine

Lire la suite

Laissez toute espérance, vous qui entrez

Voilà, j’avais envie de consacrer au moins un billet exclusivement à mes colocs.

Bon.

Peut-être que j’exagère un peu.

Mais vraiment qu’un peu, quoi.

Donc pour rappel, j’ai deux colocs – une qui est de ma classe, que je surnommerai donc ici Demaclasse, et une pas de ma classe – que je surnommerai donc Pasdemaclasse. (Quel esprit brillant, n’est-ce pas ?)

It's so beautiful

Lire la suite