Fashion Forward au Musée des Arts Déco

Pfff pffff pfffff l’été c’est tellement mort à Paris que j’en suis réduite à me CULTURER (quand je ne passe pas 30 minutes au téléphone avec EDF le samedi matin), est-ce que vous vous rendez compte des extrémités auxquelles je suis réduite ?

Bon bref, tout ça pour dire qu’il y a quelques mois, Cécile m’avait suggéré de me bouger l’arrière-train jusqu’à Paris demandé la date de mon prochain séjour parisien, proposant qu’on aille voir l’expo Fashion Forward toutes les deux et moi, grande optimiste devant l’éternel, j’avais répondu que bouhouhou jamais de la vie je ne viendrais à Paris vu que pas de sous et personne qui veuille m’embaucher.

(J’ai décroché un entretien, puis un autre, puis mon boulot actuel deux jours après)

(Bon)

(Bref)

Sauf que voilà les vicissitudes de la vie (et surtout du travail de nuit) ont fait qu’on n’a pas pu trouver de créneau pour l’expo, qui se terminait le 14 (ce que j’avais oublié, heureusement qu’une publicité sur le chemin du Burger King me l’a rappelé).

(Comme quoi, on critique les fast-food, mais ils ont tout de même une utilité culturelle)

Lire la suite

Rue des Boulets (ou pas loin)

Hier matin je faisais le check-out d’un client, il me donne son numéro de chambre, je pianote sur mon ordinateur, et je finis par relever la tête pour lui dire :

– Mrs Hugues ?

Sauf qu’en fait c’était Mr Hugues – j’imagine que j’ai trop regardé Downton Abbey, mais bon.

(Je suis fatiguée, faut dire)

(Surtout que le Mr Hugues en question tenait plus du riche Asiatique en goguette que du fils de gouvernante britannique)

(Mais bon)

Lire la suite

Le poids des mots, le choc des … bah des mots aussi (2)

Bon si vous me suivez/lisez depuis un petit bout de temps (plus de trois ans, en fait), vous devez savoir que le corps médical et moi, c’est pas toujours la folaïe, en particulier avec les médecins du travail.

(Si vous ne le saviez pas, bah voilà : les médecins du travail et moi, ça passe rarement)

(Le pourquoi du comment se trouve ici, si vous voulez en savoir plus sur ma vie d’avant ou vous rafraîchir la mémoire) (rafraîchir, vague de chaleur, hahahahahaha)

(En plus je me suis grave trompée de titre, allez savoir où j’ai trouvé que mon premier billet sur la médecine du travail s’appelait comme ça, mais bon bref on va pas chercher à comprendre, hein, merci et bonne lecture)

Bon alors déjà, je ne sais pas QUI prend les rendez-vous pour nous, mais alors clairement, j’aimerais que quelqu’un lui explique que quand on me colle un rendez-vous à 8h30, alors que je sors d’une nuit de 12h de travail et que je rempile le soir-même et en sachant que mes semaines comptent déjà 48 heures de boulot, je trouve que c’est un peu (mais vraiment juste un peu) pousser mémé dans les orties.

Bref.

Lire la suite

– 339 –

Holala les gens, il faut que je vous dise : CA Y EST J’AI DU WIFI CHEZ MOI !

Pleure joie

J’en rêvais, Amor l’a fait !

(Amor c’est le nom du technicien qui est venu brancher ma box)

(Car oui, les gens de chez Bouygues pensent que je ne suis pas capable de brancher deux fils, et font donc payer 59€ l’intervention d’un expert)

(C’est l’occasion pour moi de sortir ma punchline préférée pour quand on me prend pour une neuneu tout juste bonne à choisir la couleur de son vernis : « Si j’ai appris à démonter et remonter intégralement un fusil d’assaut, je devrais pouvoir [insérer ici une tâche complexe ne pouvant être réalisée que grâce à une intervention virile et donc indispensable, tel le branchement d’une box ou la résolution d’un bourrage papier] ») (mais bon)

Lire la suite

Une journée avec moi

Bonjour bonjour, ça vous dirait que telle une blogueuse de seconde zone de base, je vous emmène (virtuellement, faut pas déconner) pour une journée avec moi ? Comme ça votre insatiable curiosité envers mon fascinant personnage sera satisfaite à 10% et exacerbée à 90% (mais rassurez-vous, c’est le but de ce genre d’opération), et moi je pourrai me plaindre sans en avoir l’air.

Deal ?

Allez, deal.

Barbie girl

Lire la suite