Pour toujours, à jamais, tout ça tout ça

Voilà.

Voilà voilà.

N., ma petite N., a convolé en justes noces avec Monsieur N.

RIP

Mais commençons par le commencement.

Donc, le mariage religieux devait avoir lieu le samedi à 16h ; rentrée le jeudi en début d’après-midi, je me suis bien sûr immédiatement mise à la disposition des futurs mariés pour la mise en place de la salle etc., prévue le vendredi après-midi. (J’ai fait la stagiaire de base, quoi)

Vendredi
Après avoir racketté la voiture familiale et tiré les vers du nez de la future mariée qui s’était mis en tête de me laisser me reposer, j’embarque Louis-Maximilien pour une folle après-midi de positionnement de ronds de serviette.

En théorie.

Parce qu’avec les bouchons et le GPS qui avait décidé de plutôt nous emmener prendre un verre là où Chonchon fait des extras, il nous a fallu une putain d’heure et demie pour faire un trajet qui dure normalement 20 minutes.

Sauf qu’on n’a pas trouvé la salle.

Je veux dire par là qu’à l’adresse indiquée par N., il y avait une clinique vétérinaire.

Lire la suite

Et donc, j’ai eu 26 ans.

Soit le début de la trop courte route vers la trentaine.

Bon c’était cool, plein de gens ont pensé à me le souhaiter, y compris un de mes chefs qui m’a fait :

– Alors, ça te fait quel âge ?
– 26.
– Allez ?
– Si si je te jure, j’ai 26 ans.
– C’est dingue, je te pensais pas si âgée !

Va.

Mourir.

(Bon ça va quand même, il s’est rattrapé en disant deux heures après à Demaclasse – qui a sept ans de moins que moi – qu’il pensait justement qu’elle était la plus âgée de nous deux. MOUAHAHAHAHAHAHAHAAAAAAAAAAA)

Timon dandine

Lire la suite

Laissez toute espérance, vous qui entrez

Voilà, j’avais envie de consacrer au moins un billet exclusivement à mes colocs.

Bon.

Peut-être que j’exagère un peu.

Mais vraiment qu’un peu, quoi.

Donc pour rappel, j’ai deux colocs – une qui est de ma classe, que je surnommerai donc ici Demaclasse, et une pas de ma classe – que je surnommerai donc Pasdemaclasse. (Quel esprit brillant, n’est-ce pas ?)

It's so beautiful

Lire la suite

En fait le tram 33 n’existe plus

Ah oui oui, figurez-vous qu’en faisant des recherches un peu plus détaillées sur Bruxelles, il s’est avéré que le fameux tram 33 de Jacques Brel n’existe plus.

Non mais allô, quoi.

Ah oui pardon je ne vous ai pas tout dit ! À vingt-cinq ans et quarante-neuf semaines j’ai à nouveau quitté ma province, non plus pour Paris mais pour Bruxelles (comme vous l’aurez sans doute deviné avec beaucoup de perspicacité).

Cette année le départ a été beaucoup moins compliqué, puisque je suis même partie avec UNE SEULE VALISE (contre deux l’année dernière) (je suis une globe-trotter qui empaquette ses affaires en un tournemain à chaque fois que l’aventure l’appelle) (bon par contre pour les trois petites marches pour accéder à ma chambre, j’ai été bien contente de croiser un stagiaire bien élevé qui s’est chargé de ma valise) (globe-trotter de salon, quoi)

Bref, donc après de grands adieux familiaux déchirants et larmoyants, type :

– Oh ma fifille chérie, que tu vas me manquer, que vais-je faire de tous ces gens qui m’indiffèèèèèèèrent quaaand tu seraaaaas partiiiiiie ?
– Ca va aller, Papa. Du coup tu pourrais m’emmener à la gare, stp ?
– Oh mais oui oui oui, c’est une évidence, à quelle heure pars-tu ?
– Samedi à 14:50.
– Ah non je peux pas, je dois golfer avec Jean-Hubert.

Haha not funny

Lire la suite

L’EVJF de l’enfer, épisode 4 : dégustation

OUI OUI OUI OUI OUI !

L’EVJF DE L’ENFER EST PASSÉ ! FINI ! (KAPUTT ! JE NE ME LANGUIS PAS SUR FOND D’AUTOMNE TRISTE !)

Le champagne

Alors alors.

Il a d’abord fallu rallier le petit nid d’amour (qui s’est avéré être très moche) (le nid, pas l’amour) (quoique) de Madame Plus, ce que j’ai réussi à faire malgré le GPS qui n’était pas tout à fait d’accord avec lui-même sur le trajet à faire. Tout ça pour découvrir que Mâdâme et ses copains avaient acheté des colliers de fleurs pour eux et N., sans juger bon de me prévenir ni d’en prévoir pour moi, du coup j’étais là comme un gland pas festif.

Ensuite on est allés chercher N., l’occasion pour Madame plus de prononcer ces phrases magiques :

– Donc tu pars quand, déjà ?
– Dans deux semaines.
– Et tu pars où, déjà ?
– À Bruxelles.
– Aaaah oui … Et tu pourras assister au mariage, du coup ?
– Ben je sais pas, ça dépendra du service dans lequel je suis, parce que par exemple on m’a dit qu’en réception, le planning est moins flexible qu’aux étages. Et ça dépendra aussi de comment ça se passe avec mon responsable, enfin je vais voir, quoi.
– Oui bon de toutes façons, dès que tu arrives tu poses la question.
– …

Inspire, expire.

Inspire, expire.

Mais surtout, surtout, je me suis inclinée devant ce mélange de … Je ne sais pas, de naïveté, d’optimisme, de connerie candeur :

– Hé Anna, tu sais que t’es la prochaine ? Toi aussi on t’organisera un EVJF de malade !

Gros bug

Alors moi je sais pas, hein, mais si je ne porte rien à l’annulaire gauche c’est peut-être que je ne suis pas fiancée et que je ne vais donc pas me marier dans un avenir futurement proche et accessoirement, peut-être que je n’ai pas envie qu’elle organise mon hypothétique EVJF (si elle pouvait plutôt organiser ses propres funérailles, ça m’arrangerait déjà plus).

Bref.

Lire la suite