L’EVJF de l’enfer, épisode 1 : consternation

Donc, voilà : ma SuperCopine N. se marie

C'est tout ce qu'il faut pas faire

(pardon) dans trois mois.

(Enfin la dernière fois qu’on en a parlé elle voulait larguer son fiancé) (une sombre histoire de décoration de salle)

Et donc, qui dit mariage dit EVJF, le fameux Enterrement de Vie de Jeune Fille.

Bon.

Jusque là ça va.

Sauf que Madame Plus (chépa si vous vous en rappelez ? La végétarienne qui mange du poisson, parce que le poisson c’est pas un animal, askiparaît) a décidé de se surpasser en organisant in-té-gra-le-ment ledit EVJF, alors que hum, normalement c’est aux témoins de le faire, et elle ne s’est pas vantée d’avoir ce rôle, donc je suppute librement qu’elle ne sera pas témoin, et que ça lui fiche suffisamment les glandes pour qu’elle décide de nous faciliter le transit comme jamais.

Cristina rire jauen Lire la suite

Je ne sais même plus par où commencer pour vous raconter ma vie

Parce que pfiou, sérieusement, il se passe trop de choses à la fois, là.

Bon en fait, il s’en passe et il ne s’en passe pas en même temps.

Je t’essssssplique : depuis un peu plus d’une semaine, je suis en stage. Au début j’étais là genre c’est trop bien, plus besoin de mettre les pieds au lycée ni de voir les gens de ma classe pendant un mois, fête du slip et tout.

Canard so excited

Et en fait, ce stage se résume à : je suis seule dans un bureau surchauffé sans assez de travail pour la semaine et je crève la dalle toute la journée tellement y’a rien à manger le midi. (Ma mère a eu tellement pitié de moi qu’elle m’a filé 5€ pour que je m’achète à manger pour ce midi)

Avant ça ? J’ai passé ma première semaine de stage à nettoyer des chambres, des WC et des couloirs (le genre de truc qui t’achève bien et te rend inapte à la vie pour le reste de la journée) (tellement de bons souvenirs de quand j’étais dame pipi qui me sont revenus en mémoire, halala vous n’imaginez pas).

Lire la suite

Des fois je dois acheter un billet de train à l’improviste

parce que je suis un peu comme Amal Alamuddin et que je dois me déplacer partout en France pour traiter d’affaires juridiques et familiales super méga importantes et super bien rémunérées (ça va de soi) parce que les gens ne peuvent pas se passer de moi.

Et donc là, je devais aller à Lyon.

Au départ je pensais y aller lundi soir, Grédéric (bon voilà, du coup vous aurez tous deviné que je suis super bien rémunérée, mais plutôt en nature, quoi) a dit mais non ne viens que mardi matin ce sera très bien, et bien sûr lundi à 17:30 il m’a appelée sur le thème « t’arrives à quelle heure,ce soir ? ».

Blinking Eddie

(J’ai respiré très très fort, et j’ai dit « attends je regarde les horaires ») (parce que je suis vraiment la meilleure copine du monde, et qu’il avait un peu besoin qu’on soit gentil avec lui)

Donc lundi vers 18h, j’étais sur le site de la SNCF, à regarder les tarifs (les horaires on s’en fout, perso j’avais plutôt peur pour mes organes) pour le Strasbourg-Lyon, et à hésiter parce que bon : en 2e classe j’avais un billet à 29,50€ (vous avez déjà senti vos reins soupirer, vous ?), et en 1ère un billet à 30€ mais non échangeable et non remboursable, et imagine je prends ce billet, je le paye, puis je rate mon train ?

Lire la suite

Pfff pfff pfff voilà, j’étais super bien lancée pour bloguer plein de trucs, et puis des gens ayant une vague autorité sur ma personne ont décidé de me coller plein d’interros et d’heures de cours en rab (ils ne peuvent pas se passer de moi, je crois), et puis après Grédéric a décidé d’user de son droit de vouloir passer du temps avec moi, et voilà où on en est. Kssssssssss.

Can't tolerate this anymore

Bon bref, je voulais vous dire : vous êtes mer-veil-leux. Non, sérieusement : il ressort de vos réponses à mon dernier billet que je suis fabuleuse (je me suis permis de traduire votre pensée), que je dois continuer à illuminer le monde de mon talent (c’était ce que vous vouliez dire, je pense, mais vous avez du avoir peur de me mettre mal à l’aise en disant les choses aussi crûment), et que je n’ai même pas besoin de me remettre en question.

Lire la suite

Quatre ans de blog, déjà !

Bougies anniversaire

Ici en tous cas, parce que si on compte mes premiers hum … pas sur Skyblog, bah ça fait un tout petit peu plus de dix ans.

Oui.

Tout ça.

Bim, dans les dents.

Tiens, minute historique : savez-vous d’où vient ce nom, « The Sauce of my Spaghetti » ?

Non, hein ?

Haha, JE LE SAVAIS !

Hum, pardon.

Donc, l’histoire c’est que je sortais avec Grédéric depuis quelques mois, et que je lui cherchais un cadeau de Noël ; parallèlement, Mamie Figatellu ayant découvert mon blog, je l’avais fermé et attendais que ça se calme niveau études pour en rouvrir un autre, dont je cherchais encore l’URL.

Lire la suite